BFMTV

Gilets jaunes: Macron ne s'exprimera pas ce dimanche, ni lundi

Emmanuel Macron, lors de la réunion de crise à l'Elysée, le dimanche 2 décembre.

Emmanuel Macron, lors de la réunion de crise à l'Elysée, le dimanche 2 décembre. - Stephane Mahe - AFP

L'Elysée a fait cette annonce à la suite de la réunion de crise qui a réuni Emmanuel Macron et une partie du gouvernement dimanche midi.

Emmanuel Macron ne s'exprimera pas publiquement, ni dimanche, ni lundi, sur la crise des gilets jaunes, a indiqué l'Élysée. La présidence l'a annoncé à la sortie de la réunion de crise qui a rassemblé le président et plusieurs ministres.

Au cours d'une réunion de crise à la mi-journée, Emmanuel Macron a fait "un point exhaustif des événements d'hier" pour "établir un bilan précis de la situation, celle des blessés, des dégradations et des interpellations", avec le Premier ministre Edouard Philippe, les ministres de l'Intérieur Christophe Castaner (accompagné de son secrétaire d'Etat Laurent Nunez), et de l'Ecologie François de Rugy, selon la présidence.

S'adapter aux casseurs les "plus violents"

Il a souhaité que Christophe Castaner "mène une réflexion sur la nécessité éventuelle d'une adaptation du dispositif du maintien de l'ordre dans les jours à venir". Il s'agit de s'adapter pour faire face à "des casseurs plus violents, plus mobiles, plus organisés", selon l'Elysée. Il n'a pas été évoqué l'éventualité d'instaurer l'état d'urgence.

Samedi, le président avait déclaré dans une publication Facebook:

"Aucune cause ne justifie que les forces de l’ordre soient attaquées, que des commerces soient pillés, que des bâtiments publics ou privés soient incendiés, que des passants ou des journalistes soient menacés, que l’Arc de Triomphe soit ainsi souillé. Les coupables de ces violences ne veulent pas de changement, ne veulent aucune amélioration, ils veulent le chaos: ils trahissent les causes qu’ils prétendent servir et qu’ils manipulent. Ils seront identifiés et tenus responsables de leurs actes devant la justice."

E. P avec AFP et Jérémy Trottin