BFMTV

François Fillon et Marine Le Pen dans le viseur de Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon à Rennes.

Jean-Luc Mélenchon à Rennes. - Capture BFMTV

En meeting à Rennes (Ille-et-Vilaine), Jean-Luc Mélenchon n'a pas ménagé ses attaques contre les candidats de la droite et de l'extrême-droite de l'échiquier politique. Il a notamment fustigé le volet social des programmes de François Fillon et de Marine Le Pen.

Jean-Luc Mélenchon, en pleine ascension dans les sondages, a dénoncé dans un meeting à Rennes (Ille-et-Vilaine) les programmes de deux de ses rivaux dans la course à l'Elysée: François Fillon et Marine Le Pen. Sans évoquer les affaires, l'eurodéputé s'est montré particulièrement dur à l'égard du premier. D'abord ironique, il a moqué les tourments de la campagne du candidat de la droite et du centre:

"Monsieur Fillon, on ne peut plus polémiquer avec lui, tout le monde se marre, le siffle… franchement c’est pas marrant d’être de droite en ce moment, avec un mec pareil pour vous représenter. On applaudit, mais attendez, ils ont aussi le droit – c’est la démocratie, d’exprimer et de confronter les points de vue."

"Vous comptez faire travailler les gens combien de temps?"

Il s'est ensuite fait plus sérieux, reprochant à la droite son libéralisme économique. "Il n’y aurait plus de durée légale, ils vous disent que ce sera négocié dans l’entreprise. (…) C’est moi qui ai dû dire à François Fillon sur le plateau (ndlr: du débat de lundi) qu’il y avait une durée légale au moins européenne : 48h. Vous comptez faire travailler les gens combien de temps ? Il y avait pas pensé. Lui, il pensait que vous alliez négocier ça et tout lui va, forcément, c’est pas lui fait le boulot ! Si vous y restez 50 ou 60 heures c’est pas son problème", a lancé le candidat de la "France insoumise" avant de s'en prendre à la proposition de François Fillon de créer un CDI "à droits progressifs":

"Cela veut dire que tous les ennuis attachés aux autres formes de contrats qui est aujourd’hui la norme de 80% des embauches, hop, tout le monde se les mange car ce serait intégré au nouveau contrat qui serait proposé à tout le monde."

Le voyage russe de Marine Le Pen n'a pas plu à Jean-Luc Mélenchon

Mais, déambulant sur une scène rectangulaire au milieu de l'assistance, Jean-Luc Mélenchon est aussi allé distribuer ses coups ailleurs. Il a ainsi dénié à Marine Le Pen le caractère social de la ligne politique qu'elle défend: "Madame Le Pen... Voilà ce que dit la madame: 'contrairement à ce que j’entends, nous n’avons jamais non plus proposé une augmentation du SMIC'."

Mais celui qui plaide la nécessité de faire de la Russie "un partenaire" diplomatique sans se faire d'illusion sur Vladimir Poutine a surtout blâmé Marine Le Pen pour son périple russe cette semaine qui l'a emmené devant le pensionnaire du Kremlin. Jean-Luc Mélenchon a décrit cette initiative comme une "terrible erreur" et a assuré que la poignée de mains de Vladimir Poutine "discréditait celui qui la touche". Le selfie de Marine Le Pen avec le député russe Vitali Milonov n'est pas davantage passé: "La deuxième erreur c’est qu’elle soit allée discuter avec cet antisémite, homophobe qui a déposé en Russie les lois contre les homosexuels, ça c’est sa deuxième erreur. Non ce n’est pas ça la France. Nous ne sommes pas cette femme, nous restons le parti de l’humanisme."

R.V.