BFMTV

Fillon, Macron, Hamon... à Saint-Raphaël, Marine Le Pen distribue les coups

Marine Le Pen à Saint-Raphaël (Var).

Marine Le Pen à Saint-Raphaël (Var). - BORIS HORVAT - AFP

Marine Le Pen était en meeting à Saint-Raphaël, dans le Var, ce mercredi. En l'absence étonnante de sa nièce, pourtant voisine, elle a généreusement distribué les coups contre ses adversaires. François Fillon a même fait l'objet d'un traitement particulier.

"La victoire est proche" a lancé Marine Le Pen en meeting à Saint-Raphaël, dans le Var, ce mercredi soir. Elle a ensuite persiflé sur la campagne "en jachère" de son adversaire François Fillon, mis en examen la veille, et fait fi des nouvelles révélations judiciaires du jour visant le FN dans plusieurs livres et un documentaire.

En réunion publique à Saint-Raphaël, la candidate FN à la présidentielle a "accordé quelque chose" à son adversaire des "Républicains": "il a transformé sa famille en un champ de ruines, en un lieu où les coup bas succèdent aux calomnies, une grande cour de récréation où l'on ne cesse de jouer aux petits ponts massacreurs".

Marine Le Pen à l'offensive tous azimuts 

"Sa campagne est en jachère, plus rien ne se passe", a-t-elle ajouté - tandis que l'ancien Premier ministre était en réunion publique dans le Vaucluse, à 150km. Au moment où le candidat de la droite François Fillon est mis en examen, "ce n'est pas une coïncidence", selon un proche, si Marine Le Pen a parlé une heure dans cette salle comble d'une région bastion de la droite, sans sa nièce Marion Maréchal-Le Pen initialement annoncée.

Volontiers ironique sur les affres rencontrées par son adversaire, Marine Le Pen a été moins prolixe sur les convocations et révélations judiciaires qui jettent une ombre sur sa propre campagne.

Hamon, Macron... tout le monde y est passé

Visiblement soucieuse de passer à l'offensive à quelques jours du premier débat télévisé entre les candidats, elle ne s'est pas contenté de se montrer dure avec François Fillon, elle a distribué les coups envers certains autres de ces adversaires, s'offrant aussi une parenthèse sur le "système" et notamment les medias.

Elle s'est ainsi moquée de Benoît Hamon qui "n'a pas encore encore commencé sa campagne". Elle a surtout émis une nouvelle saillie contre Emmanuel Macron: "Macron assume être le candidat de l'UEMPS, ralliant toutes les vieilles gloires du système, de Robert Hue à Alain Minc...". Par cette acronyme, elle voulait associer l'ancienne UMP et le PS mais aussi l'Union européenne (UE). 

dossier :

Marine Le Pen

R.V. avec AFP