BFMTV

Présidentielle 2017: le communiste Pierre Laurent prêt à soutenir Jean-Luc Mélenchon

Pierre Laurent et Jean-Luc Mélenchon, côte à côte lors d'une manifestation en soutien à la Grèce en février 2015 à Paris.

Pierre Laurent et Jean-Luc Mélenchon, côte à côte lors d'une manifestation en soutien à la Grèce en février 2015 à Paris. - Loïc Venance - AFP

Le secrétaire national du Parti communiste va proposer à son parti de soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon pour la présidentielle. La décision finale reviendra aux adhérents, appelés à se prononcer dans les prochaines semaines.

Malgré leurs désaccords, le Parti communiste et Jean-Luc Mélenchon pourraient se trouver dans le même camp en vue de la présidentielle. Vendredi, le secrétaire national du PCF Pierre Laurent, a annoncé qu'il proposerait à son parti de soutenir la candidature du cofondateur du Parti de gauche. Une annonce faite à la veille d'une conférence nationale du parti. 

Deux options seront soumises samedi au vote de la conférence: celle d'un soutien à Jean-Luc Mélenchon, et celle d'une candidature communiste. Mais cette dernière option "n'est pas (celle) que je privilégie", a admis Pierre Laurent. La décision finale reviendra aux adhérents du PCF, qui sont appelés à se prononcer a priori fin novembre.

Pierre Laurent a toutefois prévenu: le vote du PCF n'empêchera pas le parti de continuer à chercher les voies du rassemblement le plus large possible de la gauche anti-austérité. La désignation d'Arnaud Montebourg comme candidat du PS à la présidentielle pourrait ainsi changer la donne, selon lui.

Les réserves du PC à l'égard de Mélenchon subsistent

Le probable engagement du PCF derrière Jean-Luc Mélenchon ne signifie pas non plus que soient levées ses réserves à l'encontre du cadre proposé par le cofondateur du Parti de gauche, la France insoumise. "Nous voulons bouger ce cadre", indique Pierre Laurent. 

Le PCF avait peu goûté à l'entreprise personnelle de Jean-Luc Mélenchon, qui avait déclaré sa candidature à la présidentielle en février dernier, "hors cadre de partis", et sans en informer au préalable ses anciens alliés du Front de gauche. Depuis, l'ambiance n'était pas particulièrement bonne entre les deux formations.

Jeudi, Jean-Luc Mélenchon s'en est même pris à "la ligne" "n'importe qui sauf Mélenchon", qui conduirait les communistes à lui préférer Arnaud Montebourg. Il a également appelé à "établir une ambiance moins crispée" entre le PC et sa formation France insoumise, "après les flots de mise en cause personnelle" dont il dit avoir fait l'objet "de la part de la direction communiste". Si Pierre Laurent se résout à le soutenir, l'ambiance ne paraît pas non plus être revenue au beau fixe.

Ariane Kujawski