BFMTV

Patrimoine: Marine Le Pen se moque de "la course à la pauvreté"

Marine Le Pen a également jugé que les patrimoines "devaient être vérifiés par "une commission sérieuse"

Marine Le Pen a également jugé que les patrimoines "devaient être vérifiés par "une commission sérieuse" - -

La présidente du Front national estime que la transparence n'aurait de sens que si le patrimoine des élus était mesuré à l'entrée et à la sortie de leur mandat.

Le patrimoine des ministres va être rendu public lundi à la demande de Jean-Marc Ayrault, en dépit des voix qui s'élèvent dans la majorité pour dénoncer ce qui s'apparente, selon Claude Bartolone, à du "voyeurisme".

Marine Le Pen a estimé dimanche que la transparence de la vie politique n'aurait de sens que si le patrimoine des élus était mesuré à la fois à l'entrée et à la sortie de leurs mandats. Elle a ensuite ironisé sur la "course à la pauvreté" qui tenterait certains politiques, avant la publication lundi des déclarations de patrimoine des ministres.

"La publication du patrimoine des élus n'a aucun sens s'il n'est pas comparé au même patrimoine à la sortie du mandat", déclare la présidente du Front national à Balma, près de Toulouse, lors d'une conférence de presse.

"S'ils gèrent la France comme il gèrent leur patrimoine, il est temps de les changer"

Marine Le Pen a également jugé que les patrimoines des ministres et de toutes "les personnes nommées à de hautes fonctions dans l'administration" devaient être vérifiés par "une commission sérieuse", dont les membres seraient désignés par les président du Sénat et de l'Assemblée nationale.

Une telle commission serait également chargée d'enquêter "sur leur parcours professionnels pour détecter les conflits d'intérêt", ajoute Marine Le Pen, rappelant qu'elle avait rendu public son patrimoine pendant la campagne présidentielle à la demande de certains médias.

La présidente du FN a ironisé sur la "course à la pauvreté" que mènerait certains élus qui déclarent "une vieille Renault 5" et "2,5 euros sur un compte épargne". Elle "pourrait faire sourire si elle ne démontrait pas la panique de la classe politique", affirme-t-elle. "S'ils gèrent la France comme ils gèrent leur patrimoine, on comprend pourquoi on a 1.800 milliards d'euros de dette", lance-t-elle également.

A LIRE AUSSI:

>> Une majorité de Français pour la déclaration de patrimoine

>> Patrimoine: les pépites des déclarations des élus
>> Moralisation de la vie politique: vraie ou fausse bonne idée?

L. B. avec AFP