BFMTV

Européennes: Bernard Tapie défend l'implication d'Emmanuel Macron dans la campagne 

L'ancien homme d'affaires, invité sur BFMTV ce mardi soir, a estimé qu'Emmanuel Macron avait "l'envie de s'impliquer d'avantage". Il en a également profité pour égratigner François Hollande.

Interrogé ce mardi sur notre antenne à quelques jours des élections européennes, l'ancien ministre Bernard Tapie a salué la prise de position d'Emmanuel Macron face à la montée du Rassemblement national, en tête dans le dernier sondage Elabe pour BFMTV publié ce jour (23,5% d'intentions de vote pour le parti d'extrême-droite, contre 23% pour LaREM). 

Interrogé par Ruth Elkrief sur le scrutin de dimanche, Bernard Tapie a dit comprendre l'implication très critiquée d'Emmanuel Macron dans la campagne pour les européennes, jugeant que celle-ci n'était "pas anormale", au vue de la montée annoncée de l'extrême-droite aux élections européennes. On "ne peut pas accepter un tel risque", a-t-il soutenu. 

Macron a "l'envie de s'impliquer davantage"

"Je crois qu'il a un peu plus (...) de M. Sarkozy au moment où il était président", soit "l'envie de s'impliquer davantage". "Si Mme Merkel apprécie un peu moins Macron qu’au début, c’est qu’elle a vu qu’il avait de la résistance et ça me rassure plutôt", a encore défendu l'ancien ministre.

Sur les gilets jaunes, Bernard Tapie estime enfin que le chef de l'État "a pris un risque", mais il juge cela être "à la fois un défaut et une vertu". En conclusion, Bernard Tapie a assuré qu'entre Emmanuel Macron et François Hollande "il n'y (avait) pas photo, et pourtant, j’ai plus d’emmerdes qu’à l’époque."

Hugo Septier