BFMTV
en direct

Présidentielle: Zemmour poursuit sa progression dans les sondages

Présidentielle: Zemmour poursuit sa progression dans les sondages

Emmanuel Macron et Eric Zemmour .

D'après le sondage Elabe/BFMTV/L'Express/SFR, Macron fait toujours la course en tête des intentions de vote avec un léger recul. Il affronterait au 2nd tour Le Pen, qui progresse, tout comme Zemmour.

Congrès LR: Ciotti annonce se mettre en retrait de la présidence de la commission d'investiture

Le député des Alpes-Maritimes, candidat à l'investiture de la droite, se retire de la Commission d'investiture des LR, d'après des informations de La Provence.

Le geste de retrait du parlementaire se veut clair: assurer qu'il ira jusqu'au bout et ne négociera pas un ralliement avant le second tour.

"Il trace sa route avec confiance et détermination, il sera candidat au congrès et ira jusqu'au bout", a ainsi affirmé l'entourage du candidat dans un communiqué de presse.

Retrouvez notre article qui explique ce retrait

Zemmour sur la présidentielle: "j'y vais parce que je suis fou"

Alors que la candidature probable du polémiste prend dans les sondages, un livre, "Le radicalisé" du journaliste de L'Express, Etienne Girard, raconte comment il a décidé de se présenter en 2022.

"'J'y vais parce que je suis fou' a dit Zemmour lors de la toute première réunion avec ses soutiens. (...) Trump, avant les primaires, jouait au clown, faisait des sorties (...). Tout le monde se disait que c'était une bulle qui allait éclater. Et finalement, cette bulle l'emmène à la Maison Blanche. Il faut prendre ce système de bulle au sérieux. Elles n'éclatent pas forcément", a jugé Eric Chol, le directeur de la rédaction de L'Express sur BFMTV.

Retrouvez ici notre article qui détaille la stratégie du polémiste d'après cet ouvrage.

"Ce n'est pas en faisant venir des cars de CRS une ou deux fois par mois qu'on résout l'insécurité" pour Sandrine Rousseau

En pleine passe d'armes entre Grégory Doucet, le maire de Lyon et Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur après des tirs sur des policiers, Sandrine Rousseau réagit.

"Les maires écologistes portent une police de la proximité qui réinvestit la rue pour être au plus près des problèmes des habitants. (...) Ce n'est pas en faisant venir des cars de CRS dans les quartiers nord de Marseille une ou deux fois par mois qu'on résout un problème de sécurité", a estimé sur notre antenne l'ancienne candidate à la primaire.

Association des Maires de France: la difficile succession de François Baroin

La succession de François Baroin à la tête de l'Association des maires de France (AMF) prend l'allure d'un test à cinq mois de la présidentielle, et cela alors qu'elle n'a cessé de croiser le fer avec la macronie pendant tout le quinquennat.

Deux candidats s'affrontent: le maire LR de Cannes, David Lisnard, adoubé par François Baroin et Philippe Laurent, le maire UDI de Sceaux, considéré comme "Macron-compatible".

En toile de fond se joue, en cas de réélection d'Emmanuel Macron, le positionnement politique de l'association qui regroupe les 34.000 communes.

Elyséemètre 2022: sur les 30 derniers jours, les candidats sont stables dans les sondages, Zemmour gagne un point

Deux nouveaux sondages pour l'élection présidentielle sont sorties aujourd'hui, celui de Challenges pour Harris interactive et celui d'Elabe/BFMTV/L'Express et SFR.

Les tendances sont relativement stables. Voici les moyenne des sondages sur les 30 derniers jours dans notre Elyséemètre :

-Emmanuel Macron 25,3 (=)

-Marine Le Pen 18,6 (-0,5)

-Eric Zemmour 15,4 (+1)

-Xavier Bertrand 14,2 (-0,2)

-Jean-Luc Mélenchon 9,1 (-0,2)

-Yannick Jadot 7,9 (+0,2)

-Anne Hidalgo 5,5 (-0,2)

A l'exception d'Eric Zemmour, en légère augmentation, les candidats sont relativement stables.

Sondage BFMTV - Macron recule dans les intentions de vote, Le Pen et Zemmour progressent

D'après notre sondage Elabe/BFMTV/L'Express/SFR, au premier tour, le chef de l'Etat fait toujours la course en tête des intentions de vote (23-26%) mais perd 2 à 3 points par rapport à notre étude du 6 octobre.

Le locataire de l'Élysée affronterait au second tour la candidate du RN (19%) qui, elle, progresse nettement (1 à 3 points de plus).

Éric Zemmour se positionnerait en troisième homme de la présidentielle avec 15 à 16% des intentions de vote, en légère hausse (1 à 2%).

Du côté des Républicains, Xavier Bertrand est stable avec 13% des intentions de vote, tandis que Valérie Pécresse (10%) et Michel Barnier (8%) sont respectivement en hausse de 2 et 3 points.

A gauche, Yannick Jadot, lui, recule alors qu'il avait connu une progression après sa victoire à la primaire écologiste. Le député européen se situe désormais entre 6 et 8% des intentions de vote, en baisse de 1 à 3 points.

Il talonne désormais Jean-Luc Mélenchon qui est stable avec 6 à %. Anne Hidalgo, elle, reste stable à 5% tandis qu'Arnaud Montebourg est en légère hausse avec 3% (+ 1 à 2 points).

La barre des 100.000 adhérents LR est franchie

D'après une information du Figaro confirmée par BFMTV, Les Républicains ont passé le cap symbolique des 100.000 militants.

Une bonne nouvelle pour le parti de droite qui a mobilisé ces troupes depuis l'annonce du congrès. Il permettra aux militants à jour de cotisation de désigner leur candidat pour 2022.

Retouvez ici notre article qui raconte les coulisses de la chasse aux adhésions.

Un sondage donne Macron en tête au 1er tour face à Zemmour, Le Pen en troisième position

D'après un sondage Harris Interactive pour Challenges publié aujourd'hui, Emmanuel Macron se qualifierait pour le second tour de l'élection présidentielle (23 à 25%) face à Eric Zemmour (17 à 18%).

Marine Le Pen arriverait, elle, troisième des intentions de vote (16%).

Xavier Bertrand reste en tête parmi les candidats LR possibles avec 14% contre 10% pour Valérie Pécresse et 8% pour Michel Barnier.

Enfin, à gauche, Jean-Luc Mélenchon est devant tous les candidats avec 10%. Yannick Jadot se situe entre 8 et 9% et Anne Hidalgo entre 5 et 6%.

Au second tour, Emmanuel Macron l'emporterait dans toutes les options testées: 58/42% contre Eric Zemmour, 55/45% face à Marine Le Pen, 54/46% s'il était opposé à Xavier Bertrand, 58/42% contre Valérie Pécresse, et 62/38% contre Jean-Luc Mélenchon.

Pass sanitaire conditionné à la troisième dose: "une idée qui fait son chemin" pour le porte-parole du gouvernement

Pendant son point presse, Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a reconnu qu'une reprise de l'épidémie était observée un peu partout en Europe et a appelé les plus de 65 ans à se faire injecter la troisième dose de vaccin.

"Je relance mon appel au rappel vaccinatoire. 30% des personnes éligibles ont eu leur troisième dose", a expliqué Gabriel Attal.

Le porte-parole du gouvernement a estimé que le conditionnement du pass sanitaire à cette dose est en cours de réflexion.

"C'est une idée qui fait son chemin, une décision que nous prendrions si nous avons une recommandation dans ce sens des autorités de santé. Nous attendons leur retour", a encore précisé le politique.

Attal annonce une "enquête" pour faire le point sur les 20% de lits fermés faute de soignants dans les hôpitaux

Environ un lit sur cinq est fermé dans les grands hôpitaux publics, selon une enquête dirigée par Jean-François Delfraissy, révélée par Libération ce mercredi 27 octobre. En cause, notamment, le manque de personnels soignants. 

"C'est vrai que cela fait des années que nos hôpitaux manquent de personnel", a reconnu Gabriel Attal.

" Nous avons lancé une enquête auprès de l’ensemble des établissements de santé pour objectiver la situation et son exploitation est en cours. Les chiffres seront communiquées prochainement", a expliqué le porte-parole du gouvernement.

Critique du rapport RTE par Jadot: "on ne peut pas être dans le complotisme quand ça nous arrange" pour Attal

Après que Yannick Jadot, le candidat EELV à la présidentielle, a dénoncé une "manipulation du gouvernement" au sujet de la remise du rapport RTE sur l'avenir du réseau électrique français, Gabriel Attal lui répond.

"Je crois que ce sujet réclame de la science et de l'expertise. On ne peut pas être dans la défiance et le complotisme quand ça nous arrange", a estimé le porte-parole du gouvernement.

Fin du Conseil des ministres

Le Conseil des ministres, qui se tenait à l'Élysée à 10h30 ce mercredi matin après un Conseil de défense à 9 heures, est terminé.

"La situation est compliquée" dans les hôpitaux, admet Olivier Véran

"La situation est compliquée" dans les hôpitaux, reconnaît le ministre de la Santé, Olivier Véran, dans un entretien à Libération. Il évoque "une hausse de près d'un tiers des postes vacants chez les paramédicaux par rapport à l'automne 2019".

"Nous venons de donner un coup de sonde dans seize CHU et effectivement, si on extrapole les données, on constate une hausse de près d'un tiers des postes vacants chez les paramédicaux par rapport à l'automne 2019", détaille le ministre, ajoutant qu'"un certain nombre d'unités dans des hôpitaux sont obligées de fermer temporairement, ou de réduire la voilure, faute de soignants, faute surtout de pouvoir en recruter".

Olivier Véran note également une augmentation de l'absentéisme "d'un peu moins d'un point sur la même période pour les personnels non médicaux", ainsi que des démissions, mais "dans des proportions modérées".

Par ailleurs, entre 2018 et 2021, un peu plus d'un millier d'étudiants infirmiers en formation ont "démissionné avant la fin de leurs études" et "une enquête sera lancée" pour qu'on "en comprenne les raisons".

>> Retrouvez notre article

Gérard Collomb charge la majorité écologiste lyonnaise sur la vidéosurveillance et la délinquance

"Il n'y a pas une véritable volonté de lutter contre la délinquance" à Lyon, accuse l'ancien maire de la ville Gérard Collomb ce mercredi sur BFMTV, après que des individus ont tiré sur des policiers dans le quartier sensible de La Duchère à Lyon, lundi soir.

"Les dealers, les trafiquants de drogue, sont de plus en plus audacieux, s'en prennent aux forces de police", a fustigé l'ancien ministre de l'Intérieur d'Emmanuel Macron.

L'ancien socialiste ne retient pas ses coups à l'égard de la nouvelle majorité écologiste: "Ils ont toujours été contre (la vidéosurveillance, NDLR) donc aujourd'hui ils continuent à être contre", croit-il savoir. "Pourtant, c'est essentiel, essentiel pour prévenir mais éventuellement pour pouvoir inculper ensuite un certain nombre de gens", a poursuivi Gérard Collomb.

Sur Twitter mardi, l'ancien édile avait dénoncé "une situation grave". "La nouvelle majorité va-t-elle enfin se décider à assurer les problèmes de sécurité dans notre ville?", avait-il taclé.

Nathalie Arthaud, candidate Lutte ouvrière à la présidentielle, fustige "la gauche au gouvernement", "paillasson du grand capital"

La candidate de Lutte ouvrière (LO) à la présidentielle Nathalie Arthaud a expliqué mercredi "l'écoeurement" et la "désorientation" de l'électorat de gauche par la faillite "de la gauche au gouvernement" qui s'est "transformée en paillasson du capital".

"Ils ont perdu leur électorat parce qu'à chaque fois qu'ils ont gouverné, (...) ils se sont transformés en paillasson du grand capital, de la bourgeoisie", a tancé la candidate trotskyste et révolutionnaire sur France Inter.

"La gauche a fait du mal", a poursuivi Nathalie Arthaud: "Bien des fois elle est allée sur le terrain de l'extrême droite", a-t-elle estimé, visant notamment François Hollande et "la fameuse question de la déchéance de nationalité" que l'ancien président avait défendue à la suite des attentats du 13 novembre 2015.

L'héritière d'Arlette Laguiller, agrégée d'économie, a de nouveau appelé les "travailleuses (et) travailleurs" à "renverser la société capitaliste" et sa "minorité richissime qui prospère sur les malheurs et l'appauvrissement de l'écrasante majorité".

Et d'ajouter: "Je ne cherche pas à gérer cette société capitaliste: je pense qu'il faut la renverser", a-t-elle déclaré, interrogée sur ses différences avec les candidats insoumis Jean-Luc Mélenchon et communiste Fabien Roussel.

"Il n'y en a que pour les profits", s'est-elle désolée, appelant les "travailleurs, les salariés, les retraités" à "se défendre et revendiquer leur dû".

Muselier assure qu'en cas de 2e tour opposant Macron à un candidat d'extrême droite, il voterait pour le président sortant

"Si c'est au deuxième tour l'extrême droite contre Macron, je dirai sans hésiter que je voterai Macron, je n'ai pas de problème là-dessus. Je l'ai fait la dernière fois (en 2017, NDLR), je le ferai la prochaine fois", a assuré Renaud Muselier ce mercredi sur BFMTV-RMC.

"Je fais partie de ceux qui n'appelleront jamais à voter Éric Zemmour, assure Renaud Muselier

"Chacun fait ce qui veut dans notre parti, c'est la liberté quand même, en tout cas je fais partie de ceux qui n'appelleront jamais à voter pour M. Zemmour, comme je ne l'ai jamais fait avec Mme Le Pen", a assuré le président Les Républicains de la région PACA Renaud Muselier, invité de BFMTV-RMC ce mercredi.

"Entre Éric Zemmour et Emmanuel Macron, je voterais pour Éric Zemmour", avait déclaré le député LR des Alpes-Maritimes Éric Ciotti sur notre antenne mi-octobre, suscitant la controverse.

Pour Renaud Muselier, si Éric Ciotti, candidat au congrès LR, l'emportait, il "quitterait immédiatement LR", assure-t-il ce mercredi sur BFMTV.

"Ça voudrait dire que je suis minoritaire et archi minoritaire dans ma famille politique, que ma famille politique a décidé de mettre en place quelqu'un qui a plus de la droite de l'extrême droite", a tancé le dirigeant de la région Paca.

Sur son choix pour le congrès, Renaud Muselier indique qu'il votera "pour celui qui a le plus de chances de gagner. (...) Ce sera Barnier ou Bertrand".

Bienvenue dans ce direct consacré à l'actualité politique de mercredi

À l'agenda politique, entre autres, ce mercredi:

Un nouveau Conseil restreint de défense et de sécurité nationale doit se tenir ce matin à 9 heures à l'Élysée en prélude à l'hebdomadaire Conseil des ministres à 10h30.

Emmanuel Macron recevra ensuite à déjeuner le président polonais Andrzej Duda, avant une remise de décoration collective du chef de l'État à 18h30 au palais présidentiel.

BFMTV