BFMTV

Lors d'un grand débat en Gironde,  Emmanuel Macron vivement pris à partie par une femme gilet jaune

Le chef de l'Etat a été pris à partie par une femme gilet jaune ce jeudi soir, lors de sa participation à un grand débat consacré aux femmes organisé dans un gymnase de Pessac, en Gironde.

Une femme a offert un collier avec un gilet jaune au président de la République, ce jeudi soir lors d'un grand débat national réservé aux femmes organisé dans la commune de Pessac en Gironde. Lors d'une séquence surprenante, cette femme, nommée Nathalie, a pris la parole pour demander à Emmanuel Macron de "faire un petit effort envers les Français". 

"J'ai un petit cadeau pour vous"

"Vous parlez de lien, de contact. Moi monsieur Macron, j'ai un petit cadeau pour vous", lui a lancé cette femme, en venant le rejoindre au milieu de la pièce, sous l'oeil des caméras. 

"Depuis le 17 novembre je suis gilet jaune et j'ai envie que vous le soyez avec nous", a-t-elle poursuivi sous les applaudissements de quelques participants au débat, insistant pour que le président revête le collier gilet jaune qu'elle lui offrait. Une proposition refusée par Emmanuel Macron, qui a néanmoins répondu "être prêt à le garder, mais pas le porter".

"Je suis le président de toutes les Françaises et de tous les Français. Mais j'ai le droit de ne pas mettre un collier gilet jaune (...) je ne veux pas dire que j'appartiens à un groupe" lui a répondu le chef de l'État, qui s'est ensuite engagé à ne pas jeter le "cadeau" de cette participante au débat.

Echange tendu

Dans un long échange quelque peu tendu, cette femme a vivement insisté pour pousser le président de la République à porter ce gilet jaune, "comme un geste envers les Français". 

"Si vous voulez réconcilier les Français, acceptez, monsieur Macron d'être, ne serait-ce que ce soir, avec les Bordelais et les Bordelaises dans le coeur. C'est pas comme ça qu'il faut parler aux Français" a-t-elle martelé.

Un geste qu'Emmanuel Macron a dit considéré "avoir déjà fait" le 10 décembre dernier, à travers ses annonces, parmi lesquelles l'augmentation du Smic, l'exemption de la CSG pour les retraités touchant moins de 2.000 euros ainsi que le versement "sans impôts ni charges".

Jeanne Bulant