BFMTV
Élysée

La folle semaine qui attend Emmanuel Macron

Le président Macron, fraîchement élu, est sur le point d'entamer une semaine cruciale sur le plan national comme international. Irruption dans l'agenda présidentiel.

Un dimanche de passation de pouvoir qui va laisser place à une semaine clé s'ouvre pour le nouveau président de la République. Emmanuel Macron l'a assuré lors de son discours d'investiture, une fois les cérémonies terminées, il sera au travail "dès ce soir, (dimanche soir, NDLR)". Malgré une journée bien remplie.

Avant de dîner, dimanche soir, avec toutes les personnes qui l'ont accompagné vers la victoire, Emmanuel Macron avait décidé de se rendre, dans l'après-midi, à l'hôpital militaire de Percy à Clamart, dans les Hauts-de-Seine, pour rendre hommage aux soldats engagés dans des opérations à l'étranger. Il a ensuite rejoint l'Hôtel de Ville de Paris où il s'est entretenu avec la maire, Anne Hidalgo, avant de s'exprimer devant un pare-terre de personnalités.

Se doter d'un gouvernement

La nouvelle semaine d'Emmanuel Macron ouvre une nouvelle ère. Après une nuit dans son appartement du VIIe arrondissement parisien, le président de la République va devoir se doter d'un gouvernement. L'entourage du président a confirmé que le nom du Premier ministre sera dévoilé lundi matin. Un choix capital dans le jeu d'alliances qu'il recherche pour les législatives et pour son mandat. Pour l'instant, c'est le juppéiste Edouard Philippe, maire LR du Havre, qui est donné favori pour Matignon.

"L'annonce du Premier ministre et du gouvernement déclenchera les prises de positions chez les soutiens d'Alain Juppé et de Bruno Le Maire. Tout le monde attend cette nomination pour se lancer dans la grande transgression du clivage droite-gauche", analyse le politologue Olivier Ihl.

Le chef de gouvernement aura ensuite la tâche de s'entourer d'une équipe gouvernementale, une quinzaine de personnes. Celle-ci se retrouvera mercredi pour son premier conseil des ministres qui sera présidé par Emmanuel Macron.

Visite à Merkel: "un rituel républicain"

Dès lundi, Emmanuel Macron s'envolera également pour Berlin. Le président de la République avait affirmé, pendant la campagne, qu'il réserverait son premier déplacement à l'étranger pour une visite en Allemagne pour rencontrer la chancelière Angela Merkel lundi soir. Une démarche symbolique qui fait écho à celle de François Hollande qui s'était envolé pour Berlin le jour même de son investiture.

"C'est un enjeu important, car il veut relancer la coopération franco-allemande dans une Europe à terre, mais il devra aussi donner des gages d'orthodoxie budgétaire" selon Olivier Ihl.

La semaine se conclura par une visite aux soldats français sur un des théâtres d'opérations extérieurs, par exemple au Mali ou peut-être en Irak. D'autres rencontres internationales clés sont prévues dans les jours qui viennent, dont le Sommet de l'Otan à Bruxelles le 25 mai puis le G7 en Sicile les 26 et 27 mai.

"Cela montre qu'il prend très au sérieux son rôle de chef des armées, note Olivier Ihl. Ce qu'il a déjà montré en remontant les Champs-Elysées à bord d'un véhicule militaire." Pour un homme jeune et pas expérimenté en la matière, ce sera un défi important, on verra qui il nommera ministre de la Défense. Cela montrera aussi qu'il est disposé à reprendre la continuité des actions de son prédécesseur à l'extérieur."

J.B avec AFP