BFMTV

En week-end à Honfleur, Macron "rassure" les Français: "Je ne lâche rien"

Alors que le chef de l'Etat et son épouse profitent d'un week-end au frais en Normandie pour la Toussaint, Emmanuel Macron s'est offert un bain de foule surprise jeudi après-midi, au cours duquel il a assuré qu'il ne "lâchait rien", répondant ainsi aux interrogations sur un éventuel coup de fatigue présidentiel.

Après un déjeuner avec son épouse dans un restaurant de la vieille ville de Honfleur, où le couple présidentiel passe le week-end de la Toussaint, Emmanuel Macron est allé saluer les quelques dizaines de badauds qui l'attendaient dehors. Le président s'est également prêté au jeu des selfies et des poignées de main, et a voulu rassurer ceux qui le disent "très fatigué" depuis quelques jours:

"Je ne lâche rien, je suis tout simplement comme tous nos concitoyens attaché à l'équilibre de ma famille et aux habitudes que nous avons. Et ça fait plus de 20 ans que je viens dans ce même café d'Honfleur au premier de l'An et je continuerai à le faire". Le chef de l'Etat s'est voulu rassurant: "Je ne lâche rien", "je ne change pas. Je vais toujours au même rythme".
"Et comme disait le général (De Gaulle), 'je suis content de savoir ce que je dis et comment je vais quand je lis la presse'. Voyez! Donc tout va bien, rassurez-vous! Je suis content d'être là, comme toujours (...) J'ai des habitudes avec la famille et j'y tiens" a-t-il poursuivi.

Une cote de popularité en berne

La décision d'avancer le conseil des ministres de mercredi à mardi avait suscité de nombreux commentaires sur un éventuel coup de fatigue. Cette polémique l'"a quelque part piqué, a touché une corde sensible et il a aujourd'hui à coeur d'y répondre" analyse Thierry Arnaud, éditorialiste politique sur BFMTV. 

"On voit bien qu'il y a une vraie préoccupation de l'Elysée autour de l'image de ce président jeune et dynamique, plein d'énergie qu'il ne faut pas abîmer dans un contexte où les temps sont difficiles pour lui avec une côte de popularité qui est en chute libre" explique l'éditorialiste.

La popularité du chef de l'Etat a en effet encore chuté de 4 points en un mois, pour tomber à 21% d'opinions positives, son niveau le plus bas depuis le début du quinquennat.

Ces vacances sont organisées à titre "strictement privé et à ses frais" a précisé l'Elysée jeudi.

Jeanne Bulant