BFMTV

Quand les électeurs de droite sont séduits par Emmanuel Macron

Emmanuel Macron séduit à droite. Certains déçus des Républicains envisagent de voter pour l'ancien ministre de l'Économie. Un comité de soutien a même été lancé par un ancien ministre de Jacques Chirac, intitulé "La Droite avec Macron".

Les déçus des Républicains séduits par Emmanuel Macron. Avec les révélations du Canard enchaîné, selon lesquelles Pénélope Fillon aurait bénéficié d'un emploi fictif, certains électeurs de droite pourraient se détourner de leur candidat officiel. À l'image de Renaud Dutreil, ministre de la Fonction publique et de la Réforme de l'État puis des PME sous la présidence de Jacques Chirac, qui s'est lancé il y a plusieurs mois dans la campagne présidentielle derrière le leader d'En Marche. Et a créé le mouvement "La Droite avec Macron".

"Au centre il y a Emmanuel Macron"

Renaud Dutreil estime que l'ancien ministre de l'Économie est le candidat du renouveau. Selon lui, il est capable de rassembler et casser les vieilles structures qui empêchent les Français d'avancer, considérait-il lors une interview sur BFM Business au moment où il avait officialisé son soutien.

"La Droite avec Macron, c'est une des portes d'entrée d'En Marche", explique-t-il pour BFMTV. "On peut rentrer par la porte de droite, par la porte de gauche, par la porte du centre. On voit aujourd'hui le Parti socialiste dériver vers la gauche, Les Républicains dériver vers la droite, rejoindre ces ailes extrêmes. Et au centre, qu'y a-t-il? Il y a Emmanuel Macron."

"La droite m'a beaucoup déçu"

Un message qui semble passer: près de 400 personnes ont assisté à une réunion publique d'En Marche en région Paca. Dont des électeurs de droite.

"La droite m'a beaucoup déçu", témoigne un sympathisant. "Donc pourquoi pas changer, pourquoi pas voir quelqu'un de nouveau, qui analyserait bien la situation et qui ferait des propositions convenables et faisables."

Dans une région où les électeurs de droite sont majoritaires, En Marche compte près de 3.000 adhérents. Emmanuel Macron a promis de leur rendre visite avant la fin du mois de mars.

C.H.A.