BFMTV

Hamon ou Macron: les ministres qui n'ont pas dévoilé leur choix

Les membres du gouvernement sont tiraillés entre Emmanuel Macron et Benoît Hamon.

Les membres du gouvernement sont tiraillés entre Emmanuel Macron et Benoît Hamon. - AFP

À quatre jours du scrutin, plusieurs membres du gouvernement laissent planer le doute sur leur vote, entre Benoît Hamon et Emmanuel Macron.

Le gouvernement est partagé. Si Jean-Michel Baylet et Jean-Yves Le Drian, par exemple, affirment publiquement leur soutien à Emmanuel Macron, Najat Vallaud-Balkacem et Michel Sapin soutiennent au contraire Benoît Hamon. D'autres ministres, enfin, gardent secret le choix de leur bulletin de vote, à quelques jours du premier tour.

La candidature de Benoît Hamon, député frondeur, pose décidément problème au sein du gouvernement. Plusieurs membres montrent des réticences à voter pour le candidat vainqueur de la primaire à gauche. Pour autant, ni lui ni Emmanuel Macron ne portent le bilan de leur quinquennat.

Ces ministres en apparence indécis se murent dans le silence, tiraillés entre leur fidélité au parti et la tentation d’un "vote utile". Qui sont ces ministres silencieux?

Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères

Il ne donnera aucune consigne de vote, pour ne pas "rajouter de la division à la division". Cependant, Jean-Marc Ayrault semble plutôt pencher pour Emmanuel Macron, qui crée, selon ses propos sur France info, "une dynamique, avec un programme avec des choses tout à fait positives dedans".

• Ségolène Royal, ministre de l'Environnement

Elle ne participera pas "au feuilleton des ralliements", malgré plusieurs conseils et éloges adressés à Emmanuel Macron ces derniers mois. Pour la ministre de l’Environnement, interrogée sur CNews, les deux candidats "auront vocation à converger".

• Marisol Touraine, ministre de la Santé

Elle laisse planer le doute sur son vote. Fin janvier, elle demandait à Benoît Hamon d'assumer le bilan du quinquennat sur RTL: "A lui de montrer qu'il a cette capacité de rassembler". Depuis, Marisol Touraine n’a pas repris parole sur la présidentielle.

• Myriam El Khomri, ministre du Travail

Quand un journaliste du Parisien lui demande si elle va soutenir Benoît Hamon, elle répond simplement: "Il veut abroger ma loi". De fait, on imagine difficilement l’auteure de la loi Travail voter pour l’un de ses détracteurs. Myriam El Khomri reste en revanche silencieuse à propos d'Emmanuel Macron.

• Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement

Il se dit partagé entre sa "fidélité" au Parti socialiste et le "risque" représenté par le Front national, qui pourrait le pousser à voter Emmanuel Macron.

• Audrey Azoulay, ministre de la Culture

Elle avait soutenu Manuel Valls pendant les primaires, mais ne s’est pas encore prononcée publiquement sur son vote pour la présidentielle. Audrey Azoulay semble davantage se concentrer sur sa candidature à la tête de l’Unesco.

• Patrick Kanner, ministre de la Jeunesse

Il est tiraillé entre Emmanuel Macron et Benoît Hamon, à qui il demande des "preuves d’amour". Patrick Kanner se désole dans Libération: "Personne ne défend le bilan: Hamon ne dit rien, Macron non plus".

• Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat à la Francophonie

Il a refusé de parrainer Benoît Hamon, critiquant sur RTL son "programme de rupture avec sa famille politique", celui d'une "gauche radicalisée". Jean-Marie Le Guen n'a pas pour autant rallié officiellement Emmanuel Macron.

dossier :

Benoît Hamon

Emeline Gaube