BFMTV

Après la défaite de Marine Le Pen, la fin du "Front national"

Le logo du Front national.

Le logo du Front national. - LIONEL BONAVENTURE - AFP

La présidente du FN a annoncé ce dimanche une "transformation profonde" du parti, qui pourrait changer de nom.

Disparaître pour mieux renaître? Sitôt après l'annonce de sa défaite, Marine Le Pen a annoncé que son parti allait s'engager dans une "transformation profonde". Une évolution qui pourrait marquer la fin du FN, en tout cas dans sa forme actuelle.

"Le Front national, qui s’est engagé dans une stratégie d’alliances, doit se renouveler profondément afin d’être à la hauteur des attentes des Français", a estimé la candidate à la présidentielle, battue largement par Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle ce dimanche (66% contre 34%).

Quasiment au même moment, le numéro 2 du FN, Florian Philippot, indiquait sur le plateau de TF1 que le parti allait "se transformer en une nouvelle force politique, qui, par définition, n’aura plus le même nom".

Le scénario d’un changement de nom a agité régulièrement le parti frontiste ces dernières années.

En 2013, Marine Le Pen avait estimé qu’il n’y avait "pas de tabou" au FN sur cette question. Mais Jean-Marie Le Pen, toujours membre du parti à l’époque, s’y était vivement opposé.

Jean-Marie Le Pen ne "laissera pas" faire

Le fondateur du FN a d’ailleurs redit son opposition à ce projet ce dimanche:

"Je ne laisserai pas le nom du Front national disparaître comme cela", a-t-il prévenu sur Franceinfo.

Interrogé par Le Monde, il a en outre jugé que la refonte du parti annoncée par sa fille n’était pas de son ressort:

"Cette question dépendra du congrès du parti. Ça ne dépend ni de Marine Le Pen, ni de Florian Philippot, qui devrait être discret compte tenu de l’échec de ce soir. Florian Philippot ne peut pas faire le fier, ni proposer un changement de nom. Il doit se rappeler qu’il n’est qu’un hôte dans cette maison".

G. de V. avec AFP