BFMTV

EDITO - Avec les départs de Bayrou et Sarnez, "Macron fait le grand ménage"

-

- - BFMTV

Le baromètre des éditorialistes - François Bayrou et Marielle de Sarnez ont annoncé ce mercredi matin leur démission du gouvernement, à quelques minutes d'intervalle. Pour les éditorialistes de BFMTV, ces départs en chaîne des ministres Modem sont la première crise politique majeure de la présidence d'Emmanuel Macron.
-
- © -

> Laurent Neumann: "Bayrou va poser problème à l'extérieur du gouvernement"

"C’est un moment politique extrêmement important, il faut se souvenir de la campagne présidentielle, le soutien de François Bayrou à Emmanuel Macron a été un moment politique important. Le fait qu’il sorte aujourd’hui du gouvernement avec d’autres ministres proches du Modem, c’est un problème politique. La question, qui va peut-être se régler dans la journée, est de savoir si d’autres membres du Modem vont entrer au gouvernement ou pas. Si ça n’est pas le cas, ce gouvernement commence forcément avec une majorité réduite. Cela pose deux problèmes: d’abord avoir François Bayrou à l’extérieur plutôt qu’à l’intérieur, c’est un souci. Vous avez déjà vu comment il joue sa propre partition à l’intérieur du gouvernement, à l’extérieur ça peut poser un souci. Deuxièmement, aujourd’hui, tous ceux qui soutiennent Emmanuel Macron ne doivent leur poste, qu’ils soient ministres ou qu’ils soient députés, qu’à Emmanuel Macron et à lui seul. Tout à coup il y a une centralité du mouvement. Cet après-midi, il doit absolument montrer qu’il ouvre. Il peut ouvrir un peu plus à droite, un peu plus à gauche, mais il doit donner des signes pour montrer que le macronisme ne se réduit pas qu’à la seule Macronie."

-
- © -

> Christophe Barbier: "Une crise politique et éthique incontestable"

"On est bien dans un réequilibrage politique, un virage politique complet du gouvernement. Les représentants du MoDem sortent. C’est une crise politique incontestable, éthique aussi. On nous a répété au gouvernement depuis un mois et demi que seule la mise en examen valait démission. Voilà trois personnages politiques qui ne sont absolument pas mis en examen, qui sont partis. Emmanuel Macron fait le grand ménage. C’est un gouvernement qui est épuré du MoDem. Le système politique ancien a été détruit à 100% par Emmanuel Macron. Il a fait exploser la gauche, il a divisé la droite, on le voyait à l’instant avec ce groupe que veut créer Thierry Solère. Et maintenant, il se débarrasse du MoDem. François Bayrou l’avait bien aidé pendant la campagne présidentielle, est maintenant hors du gouvernement. Il a un groupe indépendant, le MoDem est en groupe à l’Assemblée, mais Emmanuel Macron n’en a pas besoin pour diriger le pays. Nous allons donc avoir un gouvernement macrono-macronien, avec des gens de droite et des gens de gauche, mais tous macroniens. Il y a eu une sorte de mensonge du gouvernement pendant la campagne des législatives. C’est une sorte de jurisprudence: la campagne de presse ne suffira pas mais il suffira qu’un procureur ouvre une enquête préliminaire pour qu’un ministre soit obligé de démissionner pour mieux se défendre. Oui, nous sommes face à un changement de comportement jurisprudentiel de ce côté-là."

-
- © -

> Eric Brunet: "Un système Bayrou au MoDem est en train d'être dévoilé aux Français"

"La situation était devenue intenable, parce que ce qui est en train d’être dévoilé aujourd’hui aux Français, avec un conditionnel, car il n’y a toujours pas de mise en examen dans cette affaire, c’est une sorte de système Bayrou, un système d’organisation, de gestion du MoDem depuis des années, et ce qui est d’ailleurs dénoncé avec une certaine vigueur et opiniâtreté par Corinne Lepage dans un livre paru en janvier 2015, que nous avons peut-être pris un peu de temps à faire émerger parce que ce livre n’avait pas une grosse résonance à l’époque et que François Bayrou n’était pas revenu aux affaires? Donc non, il n’y avait plus de possibilité de conserver François Bayrou pour ces raisons-là et également parce qu’il y a une fissure entre ces ministres MoDem. Sylvie Goulard est en discussion avec Emmanuel Macron depuis longtemps, une semaine, peut-être davantage même. On peut imaginer que Sylvie Goulard, qui ne s’entend pas très bien avec François Bayrou et Marielle de Sarnez, ait pris une décision qui finalement a poussé les autres à la suivre."

C.V.