BFMTV

Démission de Macron: Sapin récupère le ministère de l'Economie et des Finances

Michel Sapin, le 3 août 2016. (Photo d'illustration)

Michel Sapin, le 3 août 2016. (Photo d'illustration) - Jacques Demarthon - AFP

Michel Sapin, qui était ministre des Finances, devient ministre de l'Economie et des Finances après la démission ce mardi d'Emmanuel Macron.

Après la démission d'Emmanuel Macron, Michel Sapin, jusqu'alors ministre des Finances, est nommé ministre de l'Economie et des Finances, indique l'Elysée.

Emmanuel Macron a remis mardi sa démission à François Hollande "pour se consacrer entièrement à son mouvement politique", En Marche. Le chef de l'Etat "a remercié (Emmanuel Macron) pour l'action conduite au ministère de l'Economie depuis août 2014 et, sur proposition du Premier ministre, a nommé Michel Sapin, ministre de l'Economie et des Finances", a déclaré l'Elysée.

Selon l'entourage du chef de l'Etat, "Emmanuel Macron est venu voir le président de la République hier matin (lundi) à l'Elysée pour lui faire part de sa réflexion quant à son mouvement politique" alors qu'"à ce moment-là, il n'avait pas pris de décision quant à son avenir". 

Le ministre et le président "se sont alors laissé un délai de réflexion" puis Emmanuel Macron "a contacté ce matin en tout début de matinée le président pour lui faire part de son souhait de remettre sa démission", François Hollande le recevant en catimini à cette fin à 15 heures mercredi.

"Pilotage unique de Bercy"

Emmanuel Macron, a-t-on poursuivi de même source, "a souhaité démissionner parce que le président avait fixé des règles très claires qu'il avait encore rappelées le 14 juillet sur la cohérence et l'efficacité de l'action gouvernementale".

Or, Emmanuel Macron qui "voulait se consacrer entièrement à son mouvement politique, n'entendait plus se conformer à ces règles" et "a donc démissionné", toujours selon l'entourage du chef de l'Etat.

Avec Michel Sapin, François Hollande "a fait le choix de l'efficacité, avec un pilotage unique de Bercy", la "solution la plus simple et la plus efficace pour poursuivre la politique conduite depuis 2012".

Ont-ils parlé de la présidentielle ? "Non ils se sont concentrés sur l'action de l'exécutif, sa cohérence, son efficacité", a encore assuré l'entourage du président. Interrogé sur le virage à gauche souhaité par une partie du PS, on assure de même source que l'exécutif "continuera" à "suivre avec ténacité, détermination, efficacité" sa ligne actuelle.

V.R. avec AFP