BFMTV

Après la divulgation d'un message privé, Macron qualifie Fillon "d'homme de peu de valeurs"

François Fillon le 10 avril 2017 au Plessis-Robinson, près de Paris.

François Fillon le 10 avril 2017 au Plessis-Robinson, près de Paris. - Lionel BONAVENTURE / POOL / AFP

Le candidat d'En Marche! s'offusque de la divulgation par François Fillon d'un message privé qu'il lui avait adressé en 2016 à propos de la déchéance de nationalité.

"François Fillon est un homme de peu de valeurs, c'est la conclusion que j'en tire".

Invité de Public Sénat ce mardi matin, le candidat d'En Marche! a décrit son adversaire des Républicains en ces termes. Il "a perdu tous (ses) repères, éthiques, moraux, de comportement", a poursuivi Emmanuel Macron. Le candidat était invité à réagir sur un message privé qu'il avait adressé à François Fillon en 2016 à propos de la déchéance de nationalité et que celui-ci a divulgué. 

Dans ce message manuscrit, publié sur le site du Figaro et probablement écrit en févier 2016, l'ex-ministre de l'Economie assure être contre le vote de la réforme proposée par François Hollande et destinée à inscrire la déchéance de la nationalité dans la Constitution. Il propose à François Fillon, alors député Les Républicains de Paris lui aussi opposé au projet, de le rencontrer.

Alors que François Fillon lui aurait écrit: "une nouvelle fois vous venez sur mes positions. Jusqu'où irez-vous?", Emmanuel Macron lui avait répondu: "En fait, j'y suis déjà sans doute. Je poursuivrai sur ce chemin car c'est le seul que je connais. Voyons-nous. Bien à vous".

Fillon voulait dénoncer les "volte-face" de Macron

Dimanche, peu avant son meeting de la Porte de Versailles, François Fillon, depuis son QG, a évoqué ce message, présenté comme un SMS. Une démarche qui visait pour lui à démontrer la convergence de positions d'Emmanuel Macron et des siennes, et donc à dénoncer les volte-face de l'ancien ministre de l'Economie. 

Lundi, Emmanuel Macron a démenti avoir eu cet échange par SMS avec François FIllon et a déclaré qu'il avait "toujours eu la même position sur la déchéance de nationalité". Il ne s'agissait donc pas d'un SMS mais d'un message écrit, dont le candidat du mouvement En Marche! s'est expliqué ce mardi. 

"Sur le fond, il me dit 'vous venez sur mes positions sur la déchéance de nationalité', c'est-à-dire qu'il était contre et j'avais, rappelez-vous, annoncé que j'étais contre, je lui confirme et je lui dis 'oui j'y suis déjà', je ne le rejoins pas, j'étais contre la déchéance, je lui propose qu'on se voit, et d'ailleurs nous en avons discuté", a déclaré Emmanuel Macron, alors que François Fillon affirmait dimanche qu'ils ne s'étaient pas rencontrés. 

Parole contre parole

"J'ai juste dit à des journalistes qu'Emmanuel Macron, pendant des mois et des mois, disait exactement la même chose que moi, sur les 35 heures, sur l'ISF, sur la manière de redresser l'économie française, jusqu'à s'opposer comme moi à la révision constitutionnelle sur la déchéance de nationalité. Ca démontre qu'il change d'avis sans arrêt", a déclaré le candidat de la droite sur France 2.

"Celui qui n'est pas constant, c'est François Fillon qui en février 2016 était contre la déchéance de nationalité, et qui aujourd'hui propose de l'appliquer dans son programme parce qu'il a rejoint la pire des droites. Moi je suis constant, je suis contre parce que je pense que ça ne sert à rien", a répliqué Emmanuel Macron.

Charlie Vandekerkhove avec AFP