BFMTV

Après l'affaire Rugy, Edouard Philippe envisage de réformer le train de vie des ministres

Les dossiers qui ont poussé François de Rugy à la démission le 16 juillet dernier ont une nouvelle conséquence: le Premier ministre réfléchit à revoir le train de vie des ministres. La semaine prochaine, des arbitrages pourraient être rendus afin de préciser la circulaire du 24 mai 2017 sur la "méthode de travail exemplaire" des membres du gouvernement.

Les ministres doivent "adopter un comportement modeste et respectueux de chacun". Cette exigence d’exemplarité, établie par la circulaire du 24 mai 2017, semble avoir été légèrement entachée par l’affaire Rugy, révélée le 10 juillet par Mediapart. Pour éviter les écarts, Edouard Philippe pourrait réformer le train de vie des ministres, a appris BFMTV auprès de Matignon, confirmant une information du Parisien.

"Une réflexion est en cours pour voir si la circulaire de mai 2017 mérite d’être complétée", nous souffle-t-on.

Discerner ce qui relève du privé et du public

Le texte, intitulé "une méthode de travail gouvernemental exemplaire, collégiale et efficace", prévoit notamment que les ministres soient irréprochables "dans l’exercice de [leurs] fonctions ou en dehors de [leurs] engagements publics".

La circulaire rappelle également "qu'il convient de limiter l'usage des deniers publics au strict accomplissement de la mission ministérielle en ne tirant pas profit de ses fonctions pour soi-même ou pour ses proches […]. De manière générale, les dépenses à caractère personnel ou familial ne peuvent évidemment être mises à la charge de l'État".

Reste que les termes de ce règlement ne sont pas clairs aux yeux de tous les membres du gouvernement et conviennent donc d’être précisés. Pour ce faire, Edouard Philippe doit rendre des arbitrages la semaine prochaine. Un encadrement supplémentaire pourrait ainsi être apporté sur plusieurs points comme les appartements de fonction ou encore les frais de représentation.

Ce recadrage a été amorcé mercredi dernier par Emmanuel Macron en plein Conseil des ministres: "Vous occupez une fonction exigeante. Elle réclame de nous tous des règles de sobriété et beaucoup de discernement entre ce qui relève du privé et du public", rapporte Le Parisien.

Envoyer des signaux positifs

Et l’Assemblée nationale semble vouloir aller sur la même voie. Certains députés envisagent de revoir les règles, en fixant notamment un cadre pour les frais de réception, en réaction aux homards servis lors des dîners fastueux de François de Rugy.

Alors même que les enquêtes de l'Assemblée nationale et de Matignon dédouanent l’ancien ministre de la Transition écologique, les élus de la majorité souhaitent envoyer des signaux positifs aux Français pour éviter de perdre définitivement la bataille de l’opinion.

Thomas Soulié avec Ambre Lepoivre