BFMTV

Testament Hallyday: la demande de Laura et David acceptée, l'audience renvoyée au 30 mars

L'audience s'est déroulée au tribunal de Nanterre.

L'audience s'est déroulée au tribunal de Nanterre. - Capture BFMTV

Les avocats de David et Laura Smet ont plaidé le renvoi de l'examen du référé qu'ils ont déposé pour obtenir un droit de regard sur l'album inédit de Johnny Hallyday et le gel de son patrimoine.

La discrétion des débats se voulait maximale. Moins d'une heure après le début de l'audience, les juges se sont retirés pour étudier la demande de renvoi défendues par les avocats de Laura Smet et David Hallyday. Ils auront mis plus de temps à prendre leur décision étant donné l'enjeu de ce premier round judiciaire. Au terme d'une heure de concertation, ils ont décidé de renvoyer l'audience au 30 mars à 14 heures. Les juges ont demandé à l'avocat de Laeticia Hallyday de transmettre les pièces supplémentaires réclamées par les parties adverses.

"Je regrette profondément cette décision", a réagi avec sévérité Me Aslani, l'avocat de Laeticia Hallyday, disant ne "reculer devant aucun élément de droit" pour faire respecter les volontés de Johnny Hallyday.

Une situation "humainement extrêmement violente"

A l'inverse, les avocats de David Hallyday se sont réjouis de la décision des juges qui donnent jusqu'au 19 mars pour transmettre les documents réclamés. "La succession de Johnny Hallyday se résume à un trust américain et l’intégralité de son patrimoine qui est français se retrouve dans ce trust", dénonce Me Douvier, l'avocat de David Hallyday. Un constat qui engendre deux conséquences: l'héritage de Johnny Hallyday "échappe aux droits de succession" et cette situation "profite à une seule personne, Mme Boudou".

Sa consoeur résume "une situation est extrêmement triste mais humainement extrêmement violente". "Les Français veulent des réponses et les attendent parce que Johnny Hallyday est l’icone que l’on connait et qui est dans leur vie depuis toujours", a estimé Me Carine Piccio.

"Depuis plusieurs semaines, notre cliente a été soumise à un jeu de piste où on lui a caché un certain nombre d’éléments, a de son côté reconnu Me Ravanas, l'avocat de Laura Smet. Les juges ont considéré qu’en l’état le dossier ne pouvait être sereinement débattu.

Dès le début de l'audience, le président du tribunal de grande instance de Nanterre a demandé au public, constitué principalement de journalistes et de quelques fans, d'éteindre son téléphone portable laissant ainsi les avocats de David Hallyday puis Laura Smet, tous deux absents, exposer leur demande de renvoi. "Nous avons été destinataires des différentes conclusions et pièces adverses depuis deux jours et encore ce matin, et il y a encore une certain nombre de pièces dont on doit prendre connaissance", a justifié Me Carine Piccio.

"Mme Boudou"

Se succédant, les avocats de David Hallyday puis ceux de Laura Smet ont expliqué pourquoi ils demandaient le report de cette audience qui devait pourtant statuer en urgence sur le droit de regard des enfants aînés sur le nouvel album de leur père et le gel de son patrimoine. Les sourires du début d'audience se sont rapidement évanouis. Les conseils ont réclamé de nouvelles pièces dont le nom de dirigeant du trust qui gère l'ensemble du patrimoine de Johnny Hallyday.

Ils ont également réclamé les actifs, les comptes bancaires de cette société américaine, les biens compris dans cette société, qui sont au bénéfice de la veuve du chanteur, ainsi que ces documents en anglais traduits. "Il faut que du côté de Laetitcia Boudou (nom de jeune fille, NDLR) on communique ces différents documents", a martelé Me Ravanas, l'un des avocats de Laura Smet.

"Je m’insurge, vous appelez ma cliente Mme Bouddou, c’est Mme Hallyday, pas une jeune fille", a rappelé Me Aslani, l'avocat de la veuve de Johnny Hallyday, estimant que les avocats de la partie adverse portaient atteinte à sa cliente. "Il faut mettre un terme à cette procédure qui porte atteinte à la dignité de ma cliente et met à mal ses enfants", a -t-il poursuivi, dénonçant "une campagne médiatique".

Album inédit ou album posthume?

Preuve de la tension palpable lors de cette audience, Me Aslani a balayé les arguments de ses adversaires du jour assurant que les avocats de Laura Smet et David Hallyday se sont trompés d'adresse pour demander les documents qu'ils réclament ce jeudi. "Nous n'avons rien à cacher", a lancé l'avocat de Laeticia Hallyday. Plaidant déjà sur le fond, lors de débats qui ne doivent pas aborder la question du testament, Me Aslani a rétorqué: "vous perdez au fond, c'est la loi californienne qui s'applique". 

Face au tribunal de grande instance de Nanterre, les avocats ont plaidé sur leur demande de droit de regard sur l'album inédit de Johnny Hallyday. Ils ont demande à la justice de trancher: album posthume ou album validé par le rockeur avant son décès en décembre dernier. Pour Me Ravenas, avocat de Laura Smet, le disque n'était pas achevée justifiant ainsi leur demande à donner leur avis sur les chansons ou le packaging. Les représentants de Warner, la maison de disque qui produit l'album, assurent de son côté que l'album a été entièrement validé par Johnny Hallyday.

Justine Chevalier avec Rym Bey