BFMTV

Laeticia Hallyday: son avocat riposte et menace

La veuve du rockeur, seule héritière de l'ensemble de son patrimoine, a répondu aux insinuations qui l'accusent de manipulation. Et menacé de poursuivre en diffamation celles et ceux qui remettent en cause la véracité des dernières volontés de Johnny.

Cible de rumeurs et commentaires acides depuis l'affaire du testament de Johnny qui fait d'elle sa seule héritière, Laeticia Hallyday contre-attaque. La veuve du rockeur a riposté jeudi dans la bataille l'opposant aux aînés du chanteur, réfutant les insinuations de manipulation qui auraient conduit la star française à lui léguer l'ensemble de son patrimoine.

Sylvie Vartan dans le viseur

Dans un communiqué transmis jeudi soir à l'AFP, son avocat, Maître Ardavan Amir-Aslani, menace de poursuivre en diffamation ceux qui diront "que son défunt client ait pu être une personne manipulée", ciblant notamment ceux "qui n'étaient plus en relation" avec lui "depuis des années" et remettent en question "ses dernières volontés".

"Cela vise précisément Sylvie Vartan, qui en début de semaine, a dit très clairement que Johnny n'avait pas pu écrire ce testament de son plein gré, sous-entendu qu'on lui a tenu la main", explique notre journaliste Candice Mahout. "En plus, Sylvie Vartan n'avait pas vu Johnny depuis ces dernières années".

Invitée sur France 2 dimanche dernier, l'ex-épouse du rockeur avait en effet assuré: "J’ai beaucoup de mal à croire que l’homme que j’ai connu, aimé follement, ait pu réécrire son histoire, renier son sang et son histoire en déshéritant et en ne donnant pas le droit moral à ses enfants. Que ce soit Johnny Hallyday ou monsieur Dupont, c’est inimaginable la violence du reniement d’un père. Je ne crois pas que Johnny ait pu être capable de ça."

"Il n'y a plus de discussion possible"

Avocat au barreau de Paris, Emmanuel Pierrat souligne quant à lui, sur notre plateau, "l'utilisation du mot dernière volonté" dans ce communiqué. Un mot "très fort au sens symbolique, pour dire qu'il qu'il n'y a plus de discussion possible et que c'est ce que voulait Johnny", analyse-t-il. 

Laeticia Hallyday, qui fait donc ici une mise au point qui se veut claire et ferme, précise dans son communiqué qu'elle ne cédera "ni aux manœuvres d'intimidation, ni aux attaques injurieuses". 

Le 12 février dernier, deux mois après la mort du chanteur, Laura Smet et son frère David Hallyday ont annoncé leur volonté de contester le testament de leur père, qui selon eux, les déshérite. Depuis, la succession du chanteur s'est transformée en bataille rangée entre les deux clans, d'un côté ceux qui soutiennent les deux premiers enfants de Johnny Hallyday et trouvent leur démarche légitime. De l'autre, les soutiens de Laeticia, qui regrettent l'étalage de l'affaire en place publique et défendent la décision du chanteur.

N.B. avec BFMTV