BFMTV

Bruxelles: l'alerte terroriste maximale maintenue mardi

A Bruxelles, le 23 novembre.

A Bruxelles, le 23 novembre. - AFP

En campagne pour convaincre les grandes puissances de participer à la lutte contre Daesh, le Président a reçu ce lundi le Premier ministre britannique. Parallèlement, Bruxelles reste en alerte maximum. Dimanche, 16 personnes ont été interpellées lors d'une série d'opérations policières en Belgique, mais pas Salah Abdeslam, suspect clé dans l'enquête sur les attentats de Paris.

>> L'ESSENTIEL

En campagne pour convaincre les grandes puissances de participer au combat contre Daesh, François Hollande a reçu David Cameron ce lundi 

L'état d'alerte maximum est reconduit à Bruxelles, mardi, pour un 4e jour consécutif

Un suspect a été inculpé en Belgique pour participation aux attentats de Paris

  • Salah Abdeslam, un suspect qui a joué un rôle clé dans les attaques de Paris, reste introuvable depuis 9 jours

Ce live est terminé. Merci de l'avoir suivi.

20h55 - Une amie de Jawad: "Il m'a dit 'je suis dans la merde, un pote m'a demandé de les héberger'". Hayet, une amie de Jawad Bendaoud, suspecté d'avoir fourni un logement de repli à Saint-Denis à Abdelhamid Abaaoud, après les attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, s'est exprimée devant la caméra de BFMTV après sa garde à vue. Elle est notamment revenue sur cette soirée du 13 novembre, où, alors qu'elle se trouvait avec Jawad, celui-ci lui a confié: "je suis dans la merde, un pote m'a dit de les héberger".

20h35 - Une ceinture d'explosifs retrouvée dans une poubelle à Montrouge. La police a retrouvé ce lundi une ceinture d'explosifs dans une poubelle à Montrouge, dans les Hauts-de-Seine, a appris BFMTV auprès d'une source proche du dossier. Un périmètre de sécurité a été mis en place jusqu'à 20 heures, et la police scientifique analyse actuellement l'engin. D'après les premiers éléments, cette ceinture est similaire à celles utilisées par les kamikazes lors des attentats à Paris et à Saint-Denis. Elle contient des écrous et du TATP, un type d'explosif.

19h35 - "Ce n'est pas un état de siège mais c'est une très grande vigilance au quotidien", a déclaré sur BFMTV Françoise Schepmans, bourgmestre de Molenbeeck-Saint-Jean, réagissant au maintien de l'alerte terroriste maximale à Bruxelles pour une quatrième journée consécutive, mardi.

A Molenbeek, "il y a eu des prédicateurs (...) pendant des années", explique par ailleurs François Schepmans, dont la commune est pointée du doigt comme étant un repère de jihadistes, et où au moins trois terroristes présumés des attentats de Paris ont grandi. 

19h15 - Les écoles et métros de Bruxelles rouvriront "progressivement" à partir de mercredi, précise le Premier ministre belge. 

19h10 - En Belgique, le niveau d'alerte terroriste maximal est maintenu à Bruxelles pour la journée de mardi, vient d'annoncer le Premier ministre Charles Michel. 

18h55 - Un nouveau suspect a été inculpé en Belgique pour participation aux attentats de Paris. "Le parquet fédéral fait part de ce que le juge d’instruction de Bruxelles spécialisé en matière de terrorisme a placé aujourd’hui sous mandat d’arrêt une personne qui avait été privée de liberté dans le cadre de l’opération de dimanche soir. Il est inculpé de participation aux activités d’un groupe terroriste et d’attentat terroriste", indique le parquet belge dans un communiqué, précisant que 15 autres personnes interpellées dimanche soir ont été relâchées. Parmi 5 personnes arrêtées ce lundi matin en Belgique, 3 restent en garde à vue.

18h40 - Sécurité renforcée sur les Thalys à Bruxelles, Anvers et Paris. Les passagers empruntant des trains à grande vitesse depuis les gares de Bruxelles et d'Anvers et les clients du Thalys au départ de la gare du Nord à Paris sont priés d'arriver une demi-heure avant leur départ en raison de mesures de sécurité renforcées. "Veuillez tenir compte de contrôles d'identité et de bagages au départ de Bruxelles-Midi et d'Anvers-Central", a indiqué la société ferroviaire belge SNCB sur Twitter, à l'adresse des passagers des Thalys, des TGV et des trains internationaux ICE vers l'Allemagne qui traversent la Belgique.

18h - La France enterre ses victimes. Blois, Lyon, Nancy, Marmande, Saint-Nazaire... Au total, vingt-neuf villes françaises doivent aujourd'hui inhumer leurs victimes des attentats du 13 novembre. Plusieurs cérémonies étaient organisées lundi, et la plupart se dérouleront dans les jours qui viennent, beaucoup dans une stricte intimité. Avant un hommage national, prévu vendredi aux Invalides.

17h15 - Des chasseurs-bombardiers basés sur le porte-avions français Charles-de-Gaulle ont frappé ce lundi le groupe Daesh en Irak pour la première fois depuis le déploiement du navire en Méditerranée orientale, a annoncé le chef d'état-major des armées.

17h05 - Il a vu les terroristes garés deux heures près du Bataclan: "Ils avaient des têtes bizarres"

BFMTV a pu recueillir le témoignage incroyable d'un homme qui dit avoir vu les terroristes stationner deux heures près du Bataclan vendredi 13 novembre. Il leur a signalé qu'ils étaient mal garés mais leur réaction l'a refroidi.

16h50 - Cameron défendra des frappes contre Daesh en Syrie jeudi devant le Parlement. Cette présentation va ouvrir la voie à un vote du Parlement, à une date restant à déterminer, pour étendre à la Syrie les frappes que mène actuellement la Grande-Bretagne en Irak.

16h05 - Brahim et Salah Abdeslam, les frères meurtriers. Des quatre frères Abdeslam, deux ont participé aux attentats du 13 novembre à Paris. L'un, Brahim, a déclenché sa ceinture d'explosifs devant un restaurant du boulevard Voltaire. L'autre, Salah, est l'ennemi numéro 1 en Europe, recherché par toutes les polices du continent pour sa participation aux attaques. Portraits croisés. 

15h45 - La mairie de Paris annonce un renforcement de la sécurité. La maire PS de Paris Anne Hidalgo a annoncé ce lundi des mesures de sécurité renforcées après les attentats du 13 novembre. Ce plan de sécurisation comprend notamment des visiophones sur 80 nouveaux sites accueillant des enfants, des travaux de sécurisation de sites, des créations de sas anti-agression dans les gymnases ou les centres d'animation, le déploiement de 165 caméras de vidéo-protection en 2016 et le recrutement de 30 agents de sécurité.

15h37 - Le défilé de la Saint-Nicolas annulé à Nancy. La ville de Nancy a décidé d'annuler les trois grandes manifestations publiques prévues pour les fêtes de la Saint-Nicolas, dix jours après les attentats de Paris, a annoncé lundi le maire de la ville Laurent Hénart. "Nous avons décidé le maintien des fêtes de la Saint-Nicolas et de surseoir à la tenue des trois grands rassemblements prévus sur la voie publique: les courses de la Saint-Nicolas, le feu d'artifice du vendredi 4 décembre, et le défilé du 5 décembre", a déclaré Laurent Hénart. Le défilé, qui devait avoir pour thème "voyages imaginaires et fantastiques", est reporté à 2016, a-t-il précisé.

15h15 - Plus de 13.240 appels ont été passés au numéro de téléphone 197 alerte attentat, mis en place depuis le 13 novembre pour recevoir des renseignements à la suite notamment des appels à témoins, indique la police nationale. 

14h50 - "Je trouve un peu facile de venir donner des leçons" à la Belgique, s'insurge la ministre de l'Education belge, Joëlle Milquet, au micro de BFMTV. La responsable politique s'insurge contre les critiques qu'essuie son gouvernement, alors que la commune bruxelloise de Molenbeek est au cœur de l'attention depuis les attentats du vendredi 13 novembre à Paris.

14h40 - Plus de 300 véhicules de Daesh détruits ce week-end par les frappes de la coalition. Les Etats-Unis et leurs alliés ont mené de nouvelles frappes aériennes durant le week-end contre les jihadistes de Daesh, dont deux en Syrie qui ont détruit près de 300 véhicules de Daesh et un dépôt pétrolier près de Daïr az Zour et d'Hassaké, dans le nord-est du pays.

14h15 - Les institutions ont vu leur nombre d'abonnés sur Twitter grimper depuis les attentats. C'est la Préfecture de Police de Paris qui a connu le plus grand afflux, avec presque 200.000 abonnés supplémentaires en une semaine (dont 150.000 lors des premières 48 heures) Viennent ensuite les comptes de la Ville de Paris (+120.000), de François Hollande (+95.000), de la Police nationale (+87.000), de l'Elysée (+50.000), du ministère de l'Intérieur (+46.000), de Manuel Valls (+40.000) et du gouvernement (+38.000).

13h45 - Les premières missions en Irak et en Syrie à partir du Charles-de-Gaulle ont commencé. Des chasseurs français ont décollé ce lundi du porte-avions français Charles-de-Gaulle, en Méditerranée orientale, pour des missions au-dessus des zones contrôlées par Daesh en Irak et Syrie, ont indiqué des sources militaires. 

13h40 - Le ministère de la Justice assure que toutes les personnes identifiées comme rentrant de Syrie font l'objet d'un suivi, "qui peut être administratif ou judiciaire". La Chancellerie affirme ainsi que lorsqu'"une personne est de retour de la zone syrio-irakienne, elle fait l'objet soit d'une prise en charge par les services de renseignement si le suivi administratif apparaît plus opérant (identification de complices, etc.), soit d'une procédure judiciaire (enquête de surveillance, recueil de preuves, garde à vue si les éléments sont suffisants pour engager des poursuites)".

13h30 - Marine Le Pen demande un audit des postes occupés par les individus "fichés S", sur l'ensemble du territoire. Plus de 10.000 personnes font en France l'objet d'une fiche dite "S" de renseignement, plus de la moitié étant fichées comme étant des islamistes radicaux ou des individus pouvant avoir un lien avec la mouvance terroriste.

"Nous demandons aujourd'hui aux ministères de l'Intérieur et de l'Economie, de procéder à un audit national des postes occupés par les personnes fichées S, sur l'ensemble du territoire", demande la présidente du Front national dans un communiqué.

13h20 - Les importantes baisses de fréquentation des commerces, observées à la suite des attentats, se sont légèrement atténuées ce week-end. Après des chutes de fréquentation de l'ordre de -30 à -50% le week-end ayant suivi les attentats, les centres commerciaux français ont enregistré sur l'ensemble de la semaine dernière un recul de 10% de leur activité, dont -20% sur la seule Ile-de-France. Samedi, la tendance était toujours à la baisse, mais en amélioration, avec un recul de fréquentation de 8,6% au niveau national et de 13,8% en l'Ile-de-France.

13h - Cinq interpellations ont eu lieu lundi matin en Belgique à l'occasion de nouvelles opérations antiterroristes dans la région de Bruxelles et de Liège, ce qui porte à 21 le nombre total d'arrestations depuis dimanche soir, a annoncé le parquet fédéral. "Dans le cadre de l'opération menée hier (dimanche) soir, cinq perquisitions supplémentaires ont été effectuées ce matin en région bruxelloise et deux en région liégeoise. Cinq personnes ont été privées de liberté lors de ces perquisitions", a indiqué le parquet dans un communiqué.

12h45 - Les attaques islamophobes en hausse de 300% au Royaume-Uni depuis les attentats du 13 novembre à Paris. 115 agressions islamophobes -verbales ou physiques- ont été recensées pendant la semaine qui s'est terminée samedi, rapporte l'association spécialisée Tell Mama dans un rapport cité par le quotidien The Independent. Elles ont concerné principalement des musulmanes voilées âgées de 14 à 45 ans, et leurs auteurs ont été principalement des hommes blancs âgés de 15 à 35 ans.

12h - Aucune arme automatique n'a encore été retrouvée dans l'appartement de Saint-Denis, au nord de Paris, où avait trouvé refuge le jihadiste Abdelhamid Abaaoud, l'un des organisateurs présumés des attentats du vendredi 13 novembreLes policiers présents lors de l’assaut mercredi ont pourtant entendu des tirs "très nourris", comme l’a indiqué le procureur de Paris François Molins. Pour l'instant, les enquêteurs n'ont mis la main que sur une arme de poing 9 mm, une ceinture d’explosifs et des fragments de grenades. Toutefois, il reste une benne de gravats à fouiller, il est possible qu’on retrouve autre chose par la suite. 

11h50 - Le statut de pupille de la Nation recommandé pour les enfants des victimes. Laurence Rossignol, secrétaire d'Etat chargée notamment de l'Enfance, encourage les familles des enfants dont un parent a été tué dans les attentats du 13 novembre à demander cette aide financière à l'éducation.

Ce statut permet à la Nation "d'accompagner des enfants dont la vie de famille a été brisée (...) et effectivement les enfants des victimes des attentats pourront (le) demander", déclare Laurence Rossignol sur LCP. "Ce n'est pas le même que le statut de pupille de l'État" puisque les familles "gardent toutes compétences pour élever cet enfant", souligne-t-elle, ce statut étant "surtout un accompagnement dans les charges de l'éducation pour le parent restant et la famille".

10h55 - "Le temps du deuil est passé", juge Nicolas Dupont-Aignan. "Il est clair que maintenant il doit y avoir le temps du bilan, des responsabilités et des projets", ajoute le président de Debout la France sur Sud Radio/Public Sénat.

10h50 - Début de la campagne officielle pour les régionales ce lundi. A deux semaines du premier tour, l'onde de choc des attentats a modifié le rapport de forces, avec une gauche qui reprend espoir, une droite offensive et un Front national plus que jamais en tête dans les enquêtes d'opinion: un sondage Harris interactive pour 20 Minutes place pour la première fois le PS devant la droite au plan national, avec 26% des intentions de vote contre 25% au premier tour, derrière le FN à 27%. A gauche, le PS ne reprendra sa campagne que samedi, au lendemain de l'hommage national aux 130 morts.

10h30 - Pour lutter contre le financement du terrorisme, Bercy veut mieux encadrer les cartes bancaires prépayées. Le ministre des Finances Michel Sapin annonce une série d'initiatives devant améliorer la traque des financements du terrorisme, en passant notamment par un meilleur encadrement des cartes bancaires prépayées. Ces cartes, dont certaines peuvent être rechargeables parfois sans vérification d'identité, ont joué un rôle dans la préparation des attentats du 13 novembre, selon Bercy.

10h20 - Les attentats "ont amené une prise de conscience" de la communauté internationale, estime Jean-Marie Le Guen, et c'est "le rôle" de François Hollande d'"essayer de ramener tout le monde" sur l'objectif de détruire Daesh (l'acronyme en arabe du groupe Etat islamique). "L'ensemble de la communauté internationale prend conscience que Daesh est un cancer qui touche absolument tout le monde", dit le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement sur iTélé. "La coopération, notamment avec les Russes et les Américains, n'était pas au même niveau avant les attentats", affirme-t-il

10h - Le ministère de l'Education nationale rappelle les consigne de sécurité dans les écoles d'Ile-de-France, notamment le contrôle visuel des sacs, la vérification systématique de l'identité des personnes étrangères à l'établissement, l'interdiction de stationner aux abords des établissements ou encore l'interdiction des sorties occasionnelles dans la région.

9h45 - "Nous allons intensifier nos frappes" contre Daesh, prévient François Hollande, et "choisir des cibles qui feront le plus de dégâts possible", déclare-t-il à l'issue d'un entretien avec David Cameron à l'Elysée. "Nous avons aussi à agir en Syrie. La France a pris cette décision au mois de septembre dernier, il reviendra au Royaume-Uni de savoir comment il peut également s'engager", explique le chef de l'Etat lors de cette déclaration conjointe.

"Je soutiens fermement l'action que le président Hollande a entreprise pour frapper l'Etat islamique en Syrie", affirme le Premier ministre britannique peu après, soulignant avoir la "ferme conviction que la Grande-Bretagne doit en faire de même".

9h30 - Sixième jour de garde à vue pour le "logeur" présumé d'Abaaoud. La garde à vue de Jawad Bendaoud, soupçonné d'avoir fourni un appartement de repli à Abdelhamid Abaaoud après les attentats de Paris, a été prolongée lundi, selon une source judiciaire à l'AFP. Une prolongation de garde à vue au-delà de quatre jours est rarissime en matière d'antiterrorisme et ne peut être décidée qu'en cas de menace d'attentat imminent ou de nécessité de coopération judiciaire internationale. 

9h - L'interdiction de manifester toujours en vigueur en Ile-de-France, l'identité de 58 manifestants transmise au parquet de Paris en vue de poursuites. Dans un communiqué diffusé lundi, la préfecture de police de Paris rappelle que "dans le cadre de l’état d’urgence déclaré suite aux attentats" de Paris et en Seine-Saint-Denis, "le préfet de police a pris un arrêté d’interdiction des manifestations de voie publique" en Ile-de-France "qui a été prorogé jusqu’au 30 novembre à minuit". 

"Malgré cette interdiction une manifestation de plusieurs centaines de personnes s’est tenue hier (dimanche, Ndlr) sur la place de la Bastille et a rejoint, en cortège, la place de la République. (...) Il a été procédé à 58 identifications de personnes n’ayant pas respecté l’interdiction de manifester", poursuit le texte. Ces identités ont été transmises au Procureur de la République de Paris pour application des suites judiciaires prévues par la loi."

8h50 - Rachida Dati: "On a engendré des monstres et on a laissé faire". Invitée de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC, la députée européenne et maire Les Républicains du VIIe arrondissement de Paris revient sur la tragédie des attentats du 13 novembre. "Ces attentats sont la réplique de ce qui s'est passé en janvier (contre Charlie Hebdo, Ndlr), explique-t-elle avant de pointer "les failles de la politique d'intégration pour ceux qui sont nés ici. On a engendré des monstres et on a laissé faire." 

8h30 - Hollande et Cameron devant le Bataclan pour un hommage aux victimes. Le président de la République et le Premier ministre britannique, en visite en France, se sont recueillis lundi matin boulevard Voltaire (XIe arrondissement de Paris), devant la salle de concert où 89 personnes sont mortes dans l'attaque terroriste du vendredi 13 novembre

La maire de Paris Anne Hidalgo était également présente. Tous trois ont chacun déposé une rose, comme le montre une vidéo mise en ligne par l'Elysée.

8h20 - La France s'apprête à enterrer ses morts. En France, un grand nombre d'obsèques des 130 morts du 13 novembre vont se dérouler au cours de la semaine. Un enterrement a déjà eu lieu, celui de Sébastien Proisy, 38 ans, samedi à Hasnon (Nord), d'après la Voix du Nord. L'hommage national se déroulera vendredi aux Invalides.

8h - Bataclan: il est 23h48, "j'ai l'impression que les terroristes reviennent à la réalité". Le chef négociateur de la BRI a raconté à l'Obs les cinq appels échangés avec Omar Ismaïl Mostefai et Samy Amimour retranchés dans un couloir du Bataclan, vendredi 13 novembre entre 21h40 et 00h18. Il décrit ses interlocuteurs comme "très énervés, très speed et confus" mais aussi la tension de l'intervention menée par ses collègues.

7h - Fabius: Daesh, "ce sont des monstres, mais ils sont 30.000". Les membres de Daesh (l'acronyme en arabe de l'organisation jihadiste Etat islamique ou EI), qui a revendiqué les attentats de Paris, "sont des monstres, mais ils sont 30.000", a déclaré dimanche à Brasilia Laurent Fabius. Au plan militaire, "il faut lutter implacablement contre Daesh", a dit le ministre français des Affaires étrangères, dans un entretien à l'AFP.

6h45 - A qui va profiter la "guerre", se demande la presse alors que la campagne des régionales reprend, dix jours après les attentats de Paris.

"Avec la campagne officielle pour les élections régionales qui débute aujourd'hui, la politique reprend le dessus. Faut-il s'en offusquer ?" s'interroge Isabelle de Gaulmyn dans La Croix. "Va-t-on reprendre là où l'on s'est arrêté, avec un FN en tête dans la région, une droite en outsider et une gauche aux abois ?" interroge Mickaël Tassart dans Le Courrier picard. "Initialement, les régionales devaient être le point d'aboutissement d'une longue séquence de trois ans. Elles pourraient en partie devenir un référendum sur l'attitude du chef de l'État au cours de la semaine écoulée", estime de son côté Guillaume Tabard dans Le Figaro.

6h30 - François Hollande reçoit lundi matin à l'Elysée le Premier ministre britannique David Cameron pour un entretien de travail sur la lutte contre le terrorisme et la Syrie. Cet entretien, prévu à 8h30, ouvrira une intense semaine d'échanges diplomatiques marqués notamment par la visite de François Hollande à son homologue américain Barack Obama mardi à Washington et à son homologue russe Vladimir Poutine à Moscou jeudi. 

6h15 - 19 perquisitions ont été menées par la police belge dimanche soir. Lors de ces opérations, "seize personnes ont été privées de liberté", a annoncé le parquet fédéral, mais "le dénommé Salah Abdeslam n'a pas été intercepté lors des perquisitions". Le juge d'instruction doit décider lundi de l'éventuel maintien en détention de ces personnes. Jusqu'à présent, aucune arme ni explosif n'ont été découverts au cours de ces opérations, a indiqué le porte-parole du parquet, Eric Van Syrpt.

6h - Bruxelles sera de nouveau quasiment paralysée ce lundi. Les autorités ont décidé dimanche de maintenir une journée de plus le niveau d'alerte à son maximum dans la région bruxelloise (1,2 million d'habitants), sillonnée par les forces de l'ordre, et de prolonger la fermeture du métro. Les écoles seront fermées, ainsi que les crèches, les universités et les grandes écoles. Du jamais vu dans le royaume. 

La menace d'attentat pour la capitale belge est jugée "sérieuse et imminente" alors que la police traque un suspect-clé des attentats de Paris, Salah Abdeslam, et soupçonne d'autres personnes de vouloir passer à l'action.