BFMTV

Terrorisme: une ceinture d'explosifs retrouvée dans une poubelle à Montrouge

Deux policiers en vêtements traditionnels musulmans interpellent un suspect, mercredi à Marseille

Deux policiers en vêtements traditionnels musulmans interpellent un suspect, mercredi à Marseille - Capture d'écran

La ceinture, en cours d'analyse, a été découverte à proximité des lieux où le téléphone de l'un des terroristes avait été repéré quelques heures après les attentats.

La police a retrouvé ce lundi en début d'après-midi une ceinture d'explosifs dans une poubelle à Montrouge, dans les Hauts-de-Seine, a appris BFMTV auprès d'une source proche du dossier. Un périmètre de sécurité a été mis en place jusqu'à 20 heures, et la police scientifique analyse actuellement l'engin explosif.

D'après les premiers éléments, cette ceinture est similaire à celles utilisées par les kamikazes lors des attentats à Paris et à Saint-Denis. Elle contient des écrous et du TATP, un type d'explosif. Elle a été découverte grâce à l'appel d'un employé de la ville de Montrouge.

Sur place, les forces de l'ordre ont trouvé deux paquets enroulés dans du cellophane et scotchés ensemble. Des fils électriques dépassaient des paquets, vraisemblablement un élément ventral et un dorsal d'une ceinture d'explosifs, chacun dans un paquet différent. Un détonateur sans pile a également été découvert.

Un lien avec les attentats?

Selon les enquêteurs, le téléphone de Salah Abdeslam, toujours en fuite, avait été repéré le soir des attentats à Châtillon, une commune limitrophe de Montrouge, près du secteur où ont été retrouvés les explosifs.

Or, le jihadiste est soupçonné d'avoir renoncé à faire sauter sa ceinture au moment de passer à l'acte, avant de prendre la fuite vers la Belgique, avec deux complices présumés, actuellement écroués. Les deux hommes avaient été contactés par Salah Abdeslam dans la nuit qui a suivi les attentats pour venir le chercher en voiture. Tous trois avaient été contrôlés dans la matinée de samedi à Cambrai, avant qu'un mandat d'arrêt international ne soit émis.

Les enquêteurs cherchent désormais à savoir quel a été le rôle précis des deux "exfiltreurs", Mohamed Amri et Hamza Attou, dans ces attentats: simples chauffeurs ou artificiers actifs dans la préparation des attaques de Paris. Tout au long du trajet retour, Abdeslam aurait dormi à l'arrière du véhicule qui le ramenait en Belgique. Eux disent n'avoir pas eu connaissance des opérations terroristes, malgré la présence de produits permettant la fabrication d'engins explosifs retrouvés à leur domicile.

A. G. avec Dominique Rizet