BFMTV

Penelope Fillon dans "Envoyé spécial": son avocat déplore des phrases "sorties de leur contexte"

Penelope et François Fillon.

Penelope et François Fillon. - Eric FEFERBERG / AFP

Avant la diffusion de l'émission jeudi soir sur France 2, les conseils des époux Fillon prennent les devants. Selon eux, les déclarations de Penelope Fillon ne peuvent être ainsi appréciées, "hors contexte".

L'avocat de Penelope Fillon, dont la cliente est dans la tourmente depuis les révélations du Canard enchaîné sur un possible emploi fictif en tant qu'assistante parlementaire de son époux, prend les devants. En amont de la diffusion ce jeudi soir sur France 2 dans l'émission "Envoyé spécial", de séquences tirées d'une interview accordée en mai 2007 au quotidien britannique le Daily Telegraph, il prévient qu'il s'agit de phrases "sorties de leur contexte.

Dans un communiqué, Me Pierre Cornut-Gentille précise: "Je déplore qu’alors qu’une enquête judiciaire est en cours, des phrases ainsi isolées à dessein et sorties de leur contexte donnent lieu à une telle exploitation médiatique. En mai 2007, quelques jours après la nomination de M. François Fillon à Matignon, Mme Fillon tenait à faire comprendre à un journaliste britannique, comme on peut le lire dans l’interview publiée par le Sunday Telegraph daté du 30 mai 2007, qu’elle n’avait pas la même conception de son rôle que l’épouse du Premier ministre britannique de l’époque. Elle revendiquait sa discrétion et son souci constant de ne pas apparaître comme exerçant un rôle politique public."

Le conseil de Penelope Fillon assure en outre que sa cliente a fourni aux enquêteurs "tous les détails démontrant l'existence d'un travail effectif".

"Franchement ridicule", tance l'avocat de François Fillon

De quoi s'agit-il? Dans les extraits sur le point d'être diffusés, Penelope Fillon déclare selon France Info: "Moi, je n'ai jamais été l'assistante de mon mari. Je ne me suis pas occupé de sa communication non plus." Une déclaration propre à mettre un peu plus à mal la défense du candidat Républicain à la présidence de la République. 

L'avocat de François Fillon, Me Antonin Levy, juge quant à lui "franchement ridicule" de "faire une émission avec une seule phrase maladroite". Auprès de L'Express, il ajoute: "Dans la situation politique actuelle, on ne trouve rien de mieux que de ressortir des vieux rushs qui, visiblement, étaient tellement intéressants qu'ils n'ont pas été gardés lors de la diffusion originale de l'interview."

Selon lui, il faut "remettre les choses dans le contexte de l'époque". L'explication tiendrait au fait que Penelope Fillon "à ce moment-là", n'avait "pas envie de crier sur tous les toits qu'elle tavaill(ait) pour son mari". 

David Namias