BFMTV

Où en est Alexandre Benalla avec la justice?

Alexandre Benalla a été mis en examen à 4 reprises.

Alexandre Benalla a été mis en examen à 4 reprises. - AFP

Le 18 juillet 2018, Le Monde publiait ses premières révélations sur Alexandre Benalla. Les violences du 1er-Mai, l'utilisation frauduleuse de passeports diplomatiques ou un selfie avec un pistolet valent déjà à l'ancien chargé de mission de l'Elysée quatre mises en examen.

"Il n'y a pas d'affaire Benalla." C'est le message que n'ont cessé de répéter la présidence et la majorité pendant des mois. Pas d'affaire Benalla, mais plusieurs affaires dans lesquelles est impliqué l'ancien chargé de mission de l'Elysée. A la tête de sa société de conseil en Afrique, le jeune homme dit attendre les conclusions des juges dans ces dossiers. "Il y a la justice qui fait son travail en prenant le temps qu’il lui faut, elle dira la réalité des choses", déclare-t-il cette semaine au Nouvel économiste

Un temps qui risque d'être long, alors que deux informations judiciaires le concernant et quatre enquêtes préliminaires sont ouvertes, deux parquets sont saisis et quatre mises en examen ont été prononcées à l'encontre d'Alexandre Benalla.

> Les violences du 1er-Mai

Les violences du 1er-Mai sont un dossier en deux temps. Le 18 juillet 2018, Le Monde publiait ses premières révélations sur celui qui était alors inconnu. Ce jour-là, le public découvre une vidéo montrant le chargé de mission de l'Elysée interpeller violemment un manifestant place de la Contrescarpe, à Paris. Ce jour-là, Alexandre Benalla était venu assister en qualité d'observateur aux opérations de maintien de l'ordre. Le jeune homme va être mis en examen le 22 juillet pour "violences en réunion", "immixtion dans l’exercice d’une fonction publique", et aussi "port public et sans droit d’insignes réglementés". Il est aussi poursuivi pour "recel de détournement d’images issues d’un système de vidéoprotection" et "recel de violation du secret professionnel", après avoir obtenu les images de cette interpellation musclée. 

Le 29 novembre dernier, Alexandre Benalla est à nouveau convoqué par les trois juges d'instruction. Au terme d'un interrogatoire tendu, il est à nouveau mis en examen pour des violences commises toujours en marge du défilé du 1er-Mai à Paris, cette fois-ci au Jardin des Plantes, quelques heures avant l'épisode de la Contrescarpe.

> L'utilisation frauduleuse de passeports diplomatiques

L'enquête sur une utilisation supposée frauduleuse de passeports diplomatiques est lancée à la suite de nouvelles révélations du Monde, puis de Mediapart. Entre le 1er août et le 31 décembre, Alexandre Benalla a utilisé une vingtaine de fois ses passeports diplomatiques, alors même qu'il avait été licencié par l'Elysée, avait indiqué aux sénateurs réunis en commission d'enquête Patrick Strzoda, le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron. Il a dit aussi soupçonner Alexandre Benalla d'avoir falsifié des documents de la présidence pour obtenir le renouvellement de ces papiers d'identité en juin. 

Le 29 décembre dernier, le parquet de Paris a ouvert une enquête concernant l'utilisation des passeports, notamment pour "abus de confiance". Au terme de 24 heures de garde à vue, Alexandre Benalla est mis en examen pour la troisième fois le 18 janvier, exclusivement pour l'utilisation abusive de ses passeports diplomatiques.

> Le selfie avec un pistolet

Le 20 mars dernier, Alexandre Benalla est une nouvelle fois mis en examen, notamment pour "port sans motif légitime d'arme de catégorie B". C'est l'affaire du selfie avec un pistolet. Cette fois-ci, c'est Mediapart qui a révélé le document: une photo d'Alexandre Benalla, détendu, semblant brandir un pistolet de type Glock, prise à Poitiers et datant du 28 avril 2017, une époque où il a seulement le droit de porter une arme dans le QG d'En Marche. L'intéressé s'était alors défendu, parlant de pistolet en plastique. 

De nouveaux éléments ont toutefois conduit les juges à prononcer une mise en examen. Des membres de la sécurité du candidat Macron, présents au moment de la photo, avaient émis des réserves quant à la nature de l'arme. Par ailleurs, une note de Tracfin, la cellule anti-blanchiment du ministère de l'Economie, a relevé qu'Alexandre Benalla avait fait plusieurs achats dans une armurerie peu de temps avant le fameux cliché.

> Les affaires toujours en suspens

C'est à la suite d'un signalement de Matignon et la diffusion le 31 janvier par Mediapart de conversations entre Alexandre Benalla et Vincent Crase, qu'une nouvelle enquête est ouverte pour "atteinte à l'intimité de la vie privée" et "détention illicite d'appareils ou de dispositifs techniques de nature à permettre la réalisation d'interception de télécommunications ou de conversations". La discussion est datée du 26 juillet 2018, alors que les deux hommes ont déjà été mis en examen et ont interdiction de se rencontrer ou de se parler.

Une autre enquête est dans les mains de la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) depuis le 15 février: il s'agit de celle dite du "coffre-fort". Lors de la perquisition du domicile d'Alexandre Benalla en juillet 2018, les policiers avaient constaté la disparition d'une armoire métallique, mais aussi l'effacement de messages sur son téléphone. Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris pour "entrave à la manifestation de la vérité".

Le parquet de Paris a ouvert une autre enquête sur un possible "faux témoignage" d'Alexandre Benalla lors de son audition devant les sénateurs réunis en commission d'enquête, notamment sur ses passeports. Patrick Strzoda, directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, Alexis Kohler, le secrétaire général de l'Elysée, et Lionel Lavergue, l'ex-chef du groupe de sécurité de la présidence, ont été blanchis en juin, le parquet se veut plus prudent concernant Alexandre Benalla et Vincent Crase.

Enfin, il y a aussi les doutes du parquet national financier (PNF), qui enquête pour sa part sur les activités d'un oligarque russe, Iskander Makhmudov, et notamment sur le contrat passé entre l'entreprise de sécurité de Vincent Crase, Mars, avec la collaboration présumée d'Alexandre Benalla, quand il était encore à l'Elysée.

Justine Chevalier