BFMTV

Pas de clé, coffre-fort disparu: l'étonnante perquisition au domicile d'Alexandre Benalla

Le récit de la perquisition au domicile d'Alexandre Benalla le vendredi 20 juillet révèle que l'opération a pris une tournure troublante.

Vendredi 20 juillet, Alexandre Benalla était placé en garde à vue et, en fin de journée, devait accompagner les policiers à Issy-les-Moulineaux pour la perquisition de son domicile. Sur place, un problème se pose immédiatement: Alexandre Benalla n'a pas les clés. Qu'à cela ne tienne, on convoque un serrurier. Mais la porte, dotée d'un système sophistiqué, résiste aux assauts. Aux grands maux les grands remèdes, les enquêteurs songent à utiliser un bélier pour emporter la décision en même temps que la porte. Le commissariat local cependant ne peut leur donner satisfaction, l'accessoire n'étant pas disponible. La Brigade anticriminalité des Hauts-de-Seine ne peut pas les aider davantage. 

Le coffre-fort introuvable 

C'est là que les enquêteurs doivent faire face à un second problème. Le temps passe et bientôt on aura dépassé 21h, heure au-delà de laquelle on ne peut pratiquer une perquisition. A 21h05, les scellés sont apposés sur la porte. Rendez-vous pour le lendemain à 6h. 

Cette fois-ci, les policiers ont tout ce qu'il faut avec eux et la porte cède. Mais là, le coffre-fort dans lequel les armes d'Alexandre Benalla sont entreposées n'est nulle part. Alexandre Benalla explique ensuite aux enquêteurs:

"En fait le 19 juillet, ma femme m'a appelé pour me dire qu'il y avait plein de journalistes devant la maison et dans le couloir qui mène à mon domicile. J'ai demandé à un ami d'aller chercher ma femme et de récupérer tout ce qui pouvait être volé, des objets de valeur et notamment les armes". 

Pourquoi un tel transport, et l'"ami" en question était-il habilité à transporter des armes? Toujours est-il, en dehors de ces interrogations, que le coffre-fort demeure introuvable. Les armes, elles, ont été récupérées, et dans des circonstances là encore étonnantes. Lundi dernier, la CGT Police avait demandé au procureur de la République de prendre un réquisitoire supplétif pour dissimulation de preuves. Le jour même, Alexandre Benalla a remis ses trois armes entre les mains des fonctionnaires de police. 

Robin Verner avec le service police/justice de BFMTV