BFMTV

Mort de Maëlys: la vérité incomplète livrée par Nordahl Lelandais 

Des restes humains ont été découverts mercredi soir à l'endroit indiqué par le principal suspect dans la disparition et la mort de la petite fille. Nordahl Lelandais a toutefois refusé de s'expliquer sur les circonstances du décès.

"Nous savons donc que Maëlys est morte, qu’elle a été tuée par Nordahl Lelandais de façon involontaire, qu’il a dissimulé son corps, qu’il l’a emporté." C'est avec gravité et émotion que le procureur de Grenoble a fait état de l'évolution rapide de l'enquête au terme de cette journée où le principal suspect dans la disparition et la mort de la fillette est enfin sorti de son silence. Reste toutefois une question sans réponse: où et comment la petite fille de neuf ans a été tuée?

"Il s'expliquera après" sur la mort

Extrait de sa cellule mercredi matin, Nordahl Lelandais a avoué avoir tué Maëlys dans la nuit du 26 au 27 août dernier lors d'une fête de mariage donnée à Pont-de-Beauvoisin, sans en préciser les circonstances. "Il a indiqué qu’il avait tué Maëlys involontairement, c’est son terme, et qu’il s’était débarrassé du corps, a précisé Jean-Yves Coquillat. Nordahl Lelandais a refusé de s’expliquer sur la façon dont cette mort involontaire avait eu lieu." Des explications qui pourraient être fournies lors des prochaines confrontations avec les juges d'instruction.

"Il avait indiqué qu’il voulait d’abord que le corps soit retrouvé et qu’il s’expliquerait après", a précisé le procureur.

Sans le témoignage du principal suspect, les enquêteurs vont pouvoir s'appuyer sur d'autres éléments: les restes du corps de l'enfant. "Les gendarmes avec des chiens spéciaux, qui sont des chiens "de restes humains", c'est le terme, sont arrivés ce soir à découvrir un crâne d’enfant et un os", a précisé Jean-Yves Coquillat, détaillant les conditions météorologiques, avec une forte couche de neige, qui ont freiné les recherches des enquêteurs et des juges.

"Il nous a fallu la journée pour qu'il retrouve l’endroit où il nous a indiqué s'être débarrassé le corps", a reconnu le magistrat.

"Tuée involontairement"

Ces restes ont été découverts sur les indications de Nordahl Lelandais. "Après avoir emmené l’enfant et l’avoir tuée involontairement, il l’avait déposé à un endroit à proximité de sa maison, qu’il était retourné au mariage, et qu’il était revenu, avait récupéré le corps, et l’avait emmené dans une zone montagneuse (...) un endroit où il y a de la forêt, une espèce de petit ravin, un endroit qui est extrêmement reculé, a détaillé le procureur. Les recherches étaient rendus très difficiles (...) les constatations ont été extrêmement difficiles, Lelandais a, à plusieurs reprises, estimé que c'était cet endroit-là. Il a demandé à revenir sur les lieux et il a confirmé."

"Lorsqu'il a dit 'je vais vous conduire à l'endroit où est Maëlys, c'était la nuit, j'ai roulé, j'ai perdu les moyens, j'ai perdu la tête, je ne sais pas où je suis allé (...)' il n'était pas du tout sûr de retrouver cet endroit", a défendu Me Alain Jakubowicz, avocat de Nordahl Lelandais.

L'avocat a joué un rôle dans le passage aux aveux de son client après avoir pris connaissance de l'élément faisant état de la présence du sang de l'enfant dans la voiture du suspect. L'enquête va maintenant se poursuivre pour tenter de déterminer les conditions dans lesquelles Maëlys a été tuée en entendant à nouveau le suspect. Le procureur de la République de Grenoble en a fait une promesse. "Mes premiers mots seront pour les parents de Maëlys, a déclaré Jean-Yves Coquillat. Jusqu’à présent ils étaient dans la pire des situation (...). Ce soir ils ne sont plus dans l’ignorance, ce soir, ils savent que leur fille est morte, que leur fille a été tuée."

Justine Chevalier