BFMTV

L'avocat de Nordahl Lelandais raconte le "déclic" qui a conduit son client aux aveux

Alain Jakubowicz, avocat de Nordahl Lelandais, a pris la parole ce mercredi soir, après le procureur de la République de Grenoble. Il a brossé le récit des éléments qui ont conduit son client à admettre qu'il avait tué la petite Maëlys.

Lors d'une conférence de presse ce mercredi, à 18h, à l'issue d'une journée marquée par les révélations de Nordahl Lelandais, le procureur de la République de Grenoble a confirmé que des restes de Maëlys avaient été découverts par les enquêteurs dans le massif de la Chartreuse. Il a également été indiqué que Nordahl Lelandais avait avoué le crime, tout en assurant que ce meurtre était "involontaire", refusant de s'expliquer davantage pour le moment. 

Alain Jakubowicz adresse ses pensées aux parents de Maëlys

Les événements se sont emballés il y a une dizaine de jours lorsque des enquêteurs de la police scientifique, après avoir désossé le véhicule du principal suspect dans la disparition et la mort de Maëlys, ont découvert une infime tache de sang appartenant à l'enfant. Cette tache, retrouvée en dessous des tapis de voiture fixés dans ce type de modèle, n'avait pas été effacée malgré un nettoyage minutieux par Nordahl Lelandais réalisé au lendemain de la disparition de la fillette.

Une fois cet élément versé au dossier, l'avocat de Nordahl Lelandais a pu en prendre connaissance lundi alors qu'il préparait une entrevue préalablement de son client avec les juges d'instruction prévue la semaine prochaine. Alain Jakubowicz a rendu visite ce mardi à son client pour l'en informer. Cet entretien a été décisif, poussant Nordahl Lelandais à demander à être entendu instamment par les magistrats pour leur faire ses révélations et les mener à un dénouement partiel de l'affaire. Après le point-presse du procureur de la République, maître Alain Jakubowicz a pris la parole devant la presse. 

"Je viens d'apprendre que sur les indications de Nordahl Lelandais, on a retrouvé le corps de cette petite fille, Maëlys. Evidemment, on ne peut ce soir qu'avoir une pensée pour elle et ses parents", a d'abord déclaré Alain Jacubowicz, ému, sur BFMTV. "Pour l'avocat que je suis, il n'y avait que le dossier, tout le dossier et rien que le dossier", a-t-il ajouté.

"Le dossier n'est plus le même"

"Des éléments nouveaux sont survenus, et le dossier n'est plus le même", a-t-il reconnu. "C'est la raison pour laquelle j'ai rendu visite à Nordahl Lelandais pour lui rendre compte de cet élément nouveau." Il a ensuite dit avoir "beaucoup parlé" avec son client, tout en se refusant à évoquer le contenu de cet échange. "Lorsque nous nous sommes quittés hier, j’ai reçu mandat de sa part de prendre contact immédiatement avec les juges d’instruction pour dire qu’il voulait être immédiatement entendu", a-t-il tout de même enchaîné. Il a déclaré que son client avait eu "un déclic", l'amenant à se rendre compte qu'il "devait la vérité". 

A ce stade de l'enquête, Nordahl Lelandais admet avoir tué la petite fille de neuf ans, disparue à la fin du mois d'août dernier lors d'une fête de mariage à Pont-de-Beauvoisin dans l'Isère, et assure avoir tué Maëlys "involontairement". Mais il ne veut pas, pour le moment, développer les circonstances qui ont entouré la mort de l'enfant. Mais son avocat est optimiste: "J’ai la conviction qu’il coopérera pleinement". 

Robin Verner