BFMTV

La frontière franco-belge est-elle bien surveillée?

La frontière entre la France et la Belgique est très contrôlée sur les grands axes, moins sur les nombreuses petites routes

La frontière entre la France et la Belgique est très contrôlée sur les grands axes, moins sur les nombreuses petites routes - BFMTV

1.500 points routiers permettent de passer de France en Belgique ce qui rend le travail de la police aux frontières très délicat en cette période de crise sécuritaire. Néanmoins près de 10.000 se sont vus interdire l'entrée en France via la route depuis novembre 2015 et les attentats de Paris.

Le 14 novembre 2015, Salah Abdeslam parvient à franchir la frontière entre la France et la Belgique après avoir multiplié les allers-retours dans les semaines qui ont précédé les attentats meurtriers de Paris. Quelques jours après l'arrestation à Bruxelles de l'homme le plus recherché d'Europe, les autorités craignent désormais que ses complices - dans la préparation d'attaques passées ou à venir ou dans la gestion de sa cavale - prennent la fuite.

En réponse à ce risque, la France a déployé des forces supplémentaires pour "optimiser" les contrôles à ses frontières, a annoncé sur TF1 samedi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. Cela porte donc le total de policiers déployés aux frontières - Belgique, Allemagne, Luxembourg, Italie, Espagne, Suisse - à 10.000 hommes. Interpol avait conseillé à ses 190 pays membres une vigilance accrue aux frontières. "Il est donc vital que les pays continuent de coopérer et procèdent à des contrôles minutieux", insiste l'organisation internationale de la police criminelle.

1.500 points de passage entre la France et la Belgique

Alors que les multiples passages entre la France et la Belgique ont pu donner la sensation d'une porosité dangereuse, la surveillance existe désormais sur les grands axes sans que les forces de l'ordre soient en mesure de contrôler la frontière sur les routes secondaires. Et pour cause, de la mer du Nord à la Meurthe-et-Moselle, il y aurait près de 1.500 points de passage sur 620 kilomètres.

A un barrage de l’autoroute A2, reliant Bruxelles à Paris, les agents restent vagues sur ce qui pousse la police aux frontières (PAF) à vérifier tel ou tel véhicule arrivant à vitesse réduite dans une seule file délimitée par des plots rouges et blancs.

"On vérifie les papiers présentés sur les multiples fichiers à notre disposition, explique un policier à BFMTV. On regarde si les personnes ne sont pas recherchées ou si elles sont autorisées à circuler sur le territoire national". 

10.000 personnes empêchées d'entrer en France depuis novembre

Interpol invite notamment ses membres à utiliser la base de données des documents volés et perdus SLTD (Stolen and Lost Travel Documents) qui comporte les références de 250.000 passeports irakiens et syriens perdus ou volés.

Au total depuis quatre mois, sur toutes les frontières de l'Hexagone, 10.000 personnes ont été interdites d’entrer sur le territoire français. Pour les usagers habitués aux règles de Schengen, les habitudes sont un peu bousculées même si le retour des contrôles est globalement bien accepté, vues les circonstances.

S.A. avec Alexis Cuvillier