BFMTV

INFO BFMTV - Les analyses ADN confirment que l'homme interpellé est le tireur présumé

Abdelhakim Dekhar, dans les années 1990.

Abdelhakim Dekhar, dans les années 1990. - -

Les analyses ont parlé: l'ADN d'Abdelhakim Dekhar, interpellé mercredi soir à Bois-Colombes près de Paris, coïncide avec l'ADN de l'agresseur de BFMTV, de Libération et de La Défense. Abdelhakim Dekhar avait été condamné en 1998 dans l'affaire Rey-Maupin.

Le tireur présumé de Paris a été formellement identifié. Il s'agit bien de l'homme placé en garde à vue ce mercredi soir dans le cadre de l'enquête sur l'individu qui a tiré des coups de feu dans les locaux de Libération et au pied de la tour de la Société Générale, à La Défense, lundi, et qui s'était introduit armé dans l'immeuble de BFMTV trois jours plus tôt.

Dévoilés dans la nuit de mercredi à jeudi, les résultats des analyses sont formels: L'ADN de l'individu interpellé, qui présente une "forte ressemblance" avec le suspect recherché, coïncide avec celui de l'agresseur de BFMTV, qui est aussi le tireur de Libération et de La Défense. Cet individu est Abdelhakim Dekhar, condamné en 1998 dans l'affaire Rey-Maupin. Le suspect est hospitalisé dans un hôpital parisien, dans le cadre d'une garde à vue médicalisée. Selon plusieurs sources proches de l'enquête, l'homme se trouvait dans un état de "semi-inconscience, sans doute suite à la prise de médicaments qui peut laisser penser à une tentative de suicide".

Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur, doit s'exprimer à 1h15 du matin en direct du 36 Quai des Orfèvres, le siège de la brigade criminelle. Retrouvez l'intervention du ministre ici.

Arrêté dans un parking

-
- © -

Présentant une "forte ressemblance physique" avec la personne recherchée, dont des images issues de la vidéosurveillance ont été diffusées, l'homme interpellé a été repéré vers 19 heures, ce mercredi, dans un véhicule stationné dans un parking souterrain de Bois-Colombes (Hauts-de-Seine).

Cette interpellation est consécutive à un témoignage recueilli au commissariat de Courbevoie. Selon nos informations, ce témoin serait le logeur de l'individu placé en garde à vue, qu'il hébergeait depuis quinze jours.

Dénoncé par un membre de sa famille

Florence Rey et Audry Maupin.
Florence Rey et Audry Maupin. © -

Analysé dans la soirée, l'ADN du gardé à vue correspond à celui du tireur de Libération et de la Défense, a confirmé le parquet. Cet homme est Abdelhakim Dekhar, condamné en 1998 pour complicité dans le cadre de l'affaire Rey-Maupin (photo ci-contre) au cours de laquelle cinq personnes, dont trois gardiens de la paix, avaient été tuées en octobre 1994 à Paris. Florence Rey, étudiante à l'époque des faits, avait été condamnée à 20 ans de prison après cette équipée sanglante. Abdelhakim Dekhar, né en 1965, a aujourd'hui un peu moins de cinquante ans.

Selon Dominique Rizet, consultant police-justice à BFMTV, Abdelhakim Dekhar a été dénoncé par un membre de sa famille auprès de la police de Courbevoie.

L'ADN a parlé en 4 heures

Abdelhakim Dekhar était la première personne placée en garde à vue depuis le début de la traque, qui n'avait donné lieu jusqu'ici, malgré un appel à temoin (qui a entraîné plus d'un millier d'appels) et la diffusion de photos du suspect, qu'à quelques contrôles sans suite.

Les analyses des empreintes génétiques avaient permis aux enquêteurs d'acquérir la certitude qu'un même homme est l'auteur de l'attaque de lundi à Libération, où un assistant photographe a été grièvement blessé, des tirs qui ont suivi peu de temps après sans faire de victime à La Défense ainsi que de la prise d'otage d'un automobiliste dans la foulée.

Mercredi soir, urgence oblige compte tenu de la dangerosité du tireur en fuite, il a fallu tout juste 4 heures pour faire parler les échantillons ADN prélevés sur le suspect peu après son interpellation, aux environs de 19h.

A.S. avec Cécile Ollivier et Pauline Revenaz