BFMTV

François Fillon a été mis en examen ce mardi matin

Le candidat LR à la présidentielle a été mis en examen dès ce mardi matin dans l'affaire des emplois fictifs présumés. Il devait être convoqué mercredi par les juges.

Comme l'a annoncé Le Canard enchaîné sur Twitter ce mardi, François Fillon a été mis en examen dans la matinée, avec 24 heures d'avance sur la date prévue. Une information confirmée par son avocat à l'AFP et par le parquet.

D'après nos informations, il est mis en examen pour détournement de fonds public, complicité et recel de détournement de fonds publics, recel et complicité d'abus de biens sociaux et manquements aux obligations déclaratives à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). François Fillon est soupçonné d'avoir employé fictivement son épouse et deux de ses enfants

"La mise en examen est intervenue ce (mardi) matin. L'audition a été avancée pour qu'elle se déroule dans des conditions de sérénité", a ajouté Antonin Levy, l'un des avocats de François Fillon, qui n'a pas fait d'autre commentaire. 

L'instruction pourrait durer plusieurs mois

Cette mise en examen intervient plus tôt que prévu, puisque le candidat à la présidentielle devait être convoqué mercredi par les juges. Initialement, le juge Serge Tournaire devait confronter Claude Guéant, Patrick Buisson et Emmanuelle Mignon dans une autre affaire qu'il instruit, celle dite des sondages de l'Elysée.

Cette anticipation visait sans doute à permettre aux interrogatoires de se dérouler dans des conditions plus sereines, avec une attention médiatique moindre. 

"Il ne s'agit pas d'une affaire difficile techniquement sur le papier", estime Benjamin Blanchet, ancien substitut du parquet national financier, qui a estimé sur BFMTV que l'instruction pourrait durer plusieurs mois, mais sans doute pas plus longtemps. 

Une mise en examen intervient quand les juges d'instruction considèrent qu'il existe des "indices graves ou concordants rendant vraisemblable" qu'une personne a commis des délits. François Fillon aurait pu être placé sous le statut plus favorable de témoin assisté.

Une situation politique atypique

François Fillon n'est pas le premier candidat majeur à une élection présidentielle à concourir avec le poids d'une mise en examen sur les épaules. François Mitterrand, entré en campagne en septembre 1965, était à l’époque inculpé dans l’affaire de l’observatoire pour outrage à magistrat après la levée de son immunité parlementaire.

François Fillon avait promis qu'il se retirerait de la course à l'Élysée dans une telle hypothèse, avant de revenir sur cet engagement. "Les balles volent bas" dans cette campagne présidentielle, a-t-il déclaré lors de sa rencontre avec la Fédération des chasseurs ce mardi, quelques instants avant l'annonce publique de sa mise en examen.

Réactions de soutien à droite

A droite, l'heure est plus que jamais à la solidarité et à l'apaisement. Sur BFMTV, Daniel Fasquelle, le député LR du Pas-de-Calais, s'est dit certain que François Fillon allait être "innocenté".

"Il n’y a rien de nouveau, seulement peut-être les 24 heures d’avance qui ont été demandées par François Fillon pour éviter la foule des journalistes de demain matin. C’est une campagne difficile, mais puisque maintenant les choses sont sur la table, on va pouvoir enfin continuer à développer le projet", a estimé pour sa part le député de la Manche, Philippe Gosselin. 

Sur Twitter, Eric Ciotti a réaffirmé sa "confiance" et son "soutien" à François Fillon. "Personne ne volera aux Français l'alternance qu'ils souhaitent", a-t-il écrit. Même son de cloche de la part de Philippe Vigier, le député d'Eure-et-Loir. 

Charlie Vandekerkhove avec AFP