BFMTV

Demande de remise en liberté rejetée: la cagnotte pour financer la caution de Balkany reste ouverte

Isabelle et Patrick Balkany lors du conseil municipal de Levallois-Perret le 15 avril 2019

Isabelle et Patrick Balkany lors du conseil municipal de Levallois-Perret le 15 avril 2019 - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

La cour d'appel de Paris a rejeté ce mercredi la deuxième demande de remise en liberté de Patrick Balkany, mais l'avocat du maire de Levallois-Perret a annoncé son intention de déposer une nouvelle demande.

"C'est difficilement compréhensible". Isabelle Balkany a réagi ce mercredi à la décision de la cour d'appel de Paris qui a rejeté la deuxième demande de mise en liberté de son mari, incarcéré depuis deux mois après ses condamnations successives pour fraude et blanchiment.

"Je suis plongée dans un océan de perplexité. En 15 jours, la même Cour, composée des mêmes juges, statue la première fois sur une mise en liberté (sous caution) de notre Maire, Patrick Balkany... et, la seconde fois, rejette, cette même mise en liberté!", a écrit l'épouse du maire LR de Levallois-Perret sur son compte Facebook en début d'après-midi.

10% de la caution récoltés en 10 jours

Alors que Me Eric Dupont-Moretti, avocat de Patrick Balkany, a annoncé son intention de déposer une nouvelle demande de remise en liberté, Isabelle Balkany a indiqué que la souscription, lancée le 5 novembre dernier par des habitants de Levallois-Perret pour aider le couple à financer les 500.000 euros de caution dont le maire devra s'acquitter si cette nouvelle demande aboutit, restait ouverte.

"En espérant que lors de cet appel, la raison prédomine, enfin, et que cessent des décisions d'exception, la souscription pour acquitter la faramineuse caution de 500 000 euros, réclamée il y a quinze jours, se poursuit car elle reste donc d'actualité!", précise Isabelle Balkany sur le réseau social.

A sa sortie du tribunal, la maire par intérim de Levallois-Perret avait pourtant assuré aux journalistes présents qu'elle allait "évidemment" rendre les 50.000 euros récoltés depuis le 5 novembre aux donateurs.

Mélanie Rostagnat