BFMTV

Condamnée, Isabelle Balkany est toujours maire par intérim de Levallois-Perret

Isabelle Balkany est maire par intérim de Levallois-Perret depuis le mois de septembre.

Isabelle Balkany est maire par intérim de Levallois-Perret depuis le mois de septembre. - AFP

Patrick et Isabelle Balkany ont été condamnés ce vendredi à 5 et 4 ans de prison ferme. Lui, incarcéré depuis le 13 septembre, est maintenu en détention, elle a pu repartir libre. Le tribunal n'a pas prononcé de mandat de dépôt à son encontre en raison de son état de santé. Par ailleurs, Isabelle Balkany va faire appel de ce jugement, un appel suspensif.

Isabelle Balkany est toujours maire par intérim de Levallois-Perret ce vendredi soir. La première adjointe, à la tête de la ville depuis l'incarcération de son mari Patrick Balkany le 13 septembre dernier, est ressortie libre de la salle du tribunal correctionnel de Paris, malgré une condamnation à quatre ans de prison ferme pour blanchiment de fraude fiscale aggravé. Elle a été reconnue coupable, tout comme son mari et son fils, d'avoir mis en place un système pour cacher au fisc 13 millions d'euros d'avoirs, investis notamment dans des villas.

Tout comme dans le volet sur la fraude fiscale, le tribunal n'a pas prononcé de mandat de dépôt à l'encontre d'Isabelle Balkany, en raison de son état de santé. Une semaine avant le début de ce procès en mai dernier, elle a fait une tentative de suicide, elle n'avait alors pas pu assister aux audiences qui s'étaient étalées sur cinq semaines. L'élue a donc pu ressortir libre ce vendredi et rejoindre Levallois-Perret.

Appel de sa condamnation

Depuis le 13 septembre, la première adjointe Isabelle Balkany, condamnée également mais libre, et Patrick Balkany incarcéré, est en effet devenue automatiquement maire par intérim de Levallois-Perret. Une disposition prévue par le Code général des collectivités territoriales en cas "d'absence, de suspension, de révocation ou de tout autre empêchement" du maire. Cette nouvelle condamnation à de la prison ferme ne va pas l'empêcher de poursuivre cette tâche.

Condamnée à de la prison ferme mais pas incarcérée, Isabelle Balkany aurait dû être convoquée par un juge d'application des peines, pour qu'il lui expose les conditions d'aménagement de sa peine. Mais dès la sortie de l'audience de ce vendredi, l'avocat d'Isabelle Balkany, Me Pierre-Olivier Sur, a annoncé que sa cliente allait faire appel de sa condamnation. Un appel suspensif tant que l'élue n'a pas été rejugée. 

Condamnation suspendue

La peine de 10 ans d'inéligibilité prononcée également ce vendredi par le tribunal à l'encontre d'Isabelle Balkany, toujours présumée innocente, est également suspendue par cet appel. Le couple Balkany redoutait que le président du tribunal prononce un mot "exécutoire". Si le juge avait en effet déclaré la condamnation à de l'inéligibilité exécutoire, elle aurait été immédiatement appliquée. Un coup dur pour Isabelle et Patrick Balkany, qui ont déjà affirmé leur ambition de briguer un septième mandat à Levallois-Perret en 2020.

Récemment, Isabelle Balkany a assuré devant des élus que pour les élections municipales, il y avait une tête de liste en la personne de Patrick Balkany. Ce dernier va d'ailleurs se présenter mardi prochain devant la cour d'appel de Paris, qui examinera sa demande de remise en liberté après sa condamnation du mois de septembre. La défense de Patrick Balkany a annoncé avoir d'ores et déjà déposé une deuxième demande de remise en liberté concernant le mandat de dépôt prononcé ce vendredi par le tribunal correctionnel. Ses avocats espèrent qu'elle sera examinée mardi également.

Justine Chevalier