BFMTV

Affaire Fiona: la mère et le beau-père de la fillette à nouveau devant la justice

Cécile Bourgeon a écopé de 5 ans de prison en première instance, Berkane Makhlouf 20 ans.

Cécile Bourgeon a écopé de 5 ans de prison en première instance, Berkane Makhlouf 20 ans. - Benoit Peyrucq - AFP

Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf sont jugés à partir de ce lundi par la cour d'assises de Haute-Loire pour le meurtre de la petite Fiona en 2013. Ce nouveau procès raisonne comme un nouvel espoir de retrouver le corps de l'enfant.

Dix jours d'audience pour faire émerger une vérité, celle de l'emplacement du corps de Fiona? Cécile Bourgeon, la mère de la fillette, et son ancien compagnon, Berkane Makhlouf se retrouvent devant la justice à partir de ce lundi pour le procès en appel du meurtre de la petite fille de 5 ans, en 2013. Cette nouvelle confrontation entre les deux anciens amants raisonne comme un ultime espoir pour le père de Fiona de savoir où est son enfant.

"Pour n’importe quel père ce serait important, confie à BFMTV Nicolas Chafoulais. C'est important pour qu’on puisse l’enterrer correctement, pour qu’on ait un endroit où aller la voir, ne serait-ce que pour sa petite soeur. Ils le savent tous les deux où elle est. Ce n’est pas dans leur intérêt de dire où elle est."

Colère des parties civiles

Il y a quasiment un an, la cour d'assises du Puy-de-Dôme avait imputé les coups mortels à Berkhane Makhlouf, le condamnant à 20 ans de prison. Cécile Bourgeon avait, elle, écopé de 5 ans, notamment pour "non-assistance à personne en danger" et "recel de cadavre". Le verdict avait été accueilli dans un déferlement de colère, la foule avait copieusement injurié Cécile Bourgeon au moment de sa sortie du tribunal de Riom à bord d'un fourgon pénitentiaire. De la colère contre celle qui avait berné pendant des mois la France entière en affirmant que sa fille avait été enlevée.

Le 12 mai 2013, c'est le visage d'une jeune mère en larmes, enceinte de son troisième enfant, qui apparaît devant les caméras. Agée de 26 ans, Cécile Bourgeon vient de signaler à la police que sa fille Fiona, 5 ans, a disparu alors qu'elle faisait une sieste dans un parc de Clermont-Ferrand. La thèse de l'enlèvement est rapidement privilégiée, même si des soupçons pèsent sur cette mère et son compagnon de l'époque. Quatre mois plus tard, face aux enquêteurs, le couple de toxicomanes va avouer le meurtre de l'enfant. Ils indiquent l'endroit où le corps, selon eux, se trouve. Mais aucune trace de l'enfant n'est découverte. Tous deux se rejettent la faute.

"J'ai voulu l'accabler un peu plus"

Lors du procès en première instance en novembre 2016, les débats sont houleux. Comme en garde à vue, où elle avait affirmé que sa fille était morte après avoir reçu une claque et des coups portés par Berkane Makhlouf, devant la cour d'assise du Puy-en-Velay, la jeune femme réitère ses accusations. Lui continue de nier en bloc. Un épisode avait pourtant laisser espérer voir la vérité éclater. "Donc c'est un mensonge lorsque que vous avez voulu accabler M. Makhlouf? Donc même devant la cour d'assises, vous dites des mensonges?", lui avait demandé le président de la cour.

"Oui. Il arrêtait pas de m'accabler. Je l'ai très mal vécu, j'ai voulu l'accabler un peu plus", avait rétorqué Cécile Bourgeon avant d'observer le silence le reste de l'audience.

"J’attends qu’elle prenne une peine bien plus importante", insiste aujourd'hui Nicolas Chafoulais, le père de Fiona, alors que l'avocat général, en novembre dernier, avait requis 30 ans de réclusion criminelle à l'encontre des deux anciens amants. Berkane Makhlouf estime lui avoir été condamné sur les seules dires de Cécile Bourgeon. Après une tentative de suicide en juillet dernier, et deux demandes de remise en liberté rejetée, la jeune femme de 29 ans serait combative à l'heure de ce nouveau procès. "J’ai senti une femme plutôt sereine, plutôt déterminée qui a envie de se battre pour que son innocence, je veux parler des coups mortels, soit définitivement reconnue", assure Me Gilles-Jean Portejoie, son avocat.

Justine Chevalier