BFMTV

Affaire Fiona: le témoignage d'une médium perturbe les débats

Les débats ont été suspendus ce mercredi après-midi au procès de Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf après la présentation à la cour de photos pouvant indiquer l'emplacement du corps de la petite Fiona.

eUn élément surprise est venu perturber ce mercredi le procès de Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf jugés depuis lundi pour le meurtre de Fiona, cinq ans. Dans la matinée, l'une des avocates des parties civiles a assuré avoir reçu de la part d'une anonyme, des photos de l'endroit où pourrait être enterrée la petite fille, jugées crédibles. Un témoin que veut entendre le président de la cour qui a suspendu les débat.

"Qu'on joigne cette dame et qu'on la fasse venir le plus tôt possible pour qu'on puisse l'entendre ce (mercredi) soir", a déclaré le président Brault juste avant de suspendre la séance.

Médium

Les policiers ont rapidement identifié ce témoin mystère qui a été amené au tribunal mercredi soir. Des recoupements ont permis à la justice que cette femme a déjà été entendue par les enquêteurs en 2013. A l'époque, ces derniers lui avaient demandé d'arrêter de les contacter pour leur signaler de faux éléments pour l'enquête.

Il s'agirait d'une personne adepte de magnétisme ou de radiesthésie. Aux juges, elle a raconté avoir été "contactée" par Fiona "après sa mort". Face à ce récit, l'avocat général a haussé le ton et a reproché au témoin de faire perdre le temps de la justice. La témoin s'est alors évanouie et a quitté le tribunal sur une civière.

Fausses pistes

Dans la matinée, lors d'une interruption, Me Marie Grimaud, qui représente l'association "Innocence en danger", a indiqué à la presse avoir reçu le témoignage d'une femme, qu'elle estime crédible, expliquant savoir où pourrait être enterré la petite fille. "Il y a des éléments qui pourraient laisser penser que Fiona est éventuellement à un endroit déterminé", a expliqué Me Grimaud avant de demander aux juges à produire ces photos reçues sur Facebook.

L'un des cinq clichés représentent un croix plantée avec deux bouts de bois. Jusqu'alors Cécile Bourgeon, qui dit ne plus se rappeler où a été enterré le corps de sa fille, a déclaré avoir réalisé une croix à l'aide de deux bouts de bois posés eux à plat. Une autre photo montre une grosse pelle, or Berkane Makhlouf a toujours expliqué avoir creusé à l'aide d'une pelle de fortune. Présentées à l'audience, ces images n'évoquent rien aux deux accusés. 

Depuis le début de cette affaire, lancée il y a trois ans avec le signalement de la disparition de la petite Fiona par sa mère qui a fini par reconnaître que l'enfant était mort, avocats ou journalistes ont reçu des dizaines de témoignages qui se sont avérés à chaque fois être de fausses pistes.

Justine Chevalier avec Cécile Danré