BFMTV

Affaire Fillon: les policiers ont terminé leur enquête

Quatre personnes ont été mises en examen dans cet affaire de détournement de fonds publics et d'abus de biens sociaux: François Fillon, Pénélope Fillon, Marc Ladreit de Lacharrière et Marc Joulaud.

Les investigations sont désormais terminées. Les policiers de l'office central de lutte contre les infractions financières et fiscales ont remis leur dossier d'enquête sur l'affaire Fillon. Selon nos informations, leurs faits d'enquête ont été remis aux magistrats en charge de l'affaire qui détermineront ou non si François Fillon et son épouse doivent être renvoyés devant un tribunal. 

Elément perturbateur de la campagne présidentielle, l'affaire Fillon a débuté en janvier 2017 avec des premières révélations du Canard enchaîné. L'ancien Premier ministre est alors soupçonné d'avoir embauché de manière fictive son épouse pendant de nombreuses années comme assistante parlementaire. Pour lui mais aussi pour Marc Joulaud, son suppléant. Pénélope Fillon est aussi soupçonné d'avoir occupé un autre emploi fictif, cette fois-ci en tant que conseillère à la Revue des deux mondes, propriété de Marc Ladreit de Lacharrière, ami de son ami, entre mai 2012 et novembre 2013.

La piste du conflit d'intérêt examinée

François Fillon a été mis en examen le 14 mars 2017 pour "détournement de fonds public", "complicité et recel de détournement de fonds publics", "recel et complicité d'abus de biens sociaux" et "manquements aux obligations déclaratives à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP)". Son épouse, mise en examen le 28 mars 2017, est soupçonnée de "complicité et recel de détournement de fonds publics, complicité et recel d'abus de biens sociaux et recel d'escroquerie aggravée". Deux autres personnes ont été mises en examen: Marc Ladreit de Lacharrière et Marc Joulaud.

Dans un premier temps, les choses ont paru se passer en accéléré avant que l'enquête se poursuive plus en douceur. Passé le temps des gardes à vue et des perquisitions, les enquêteurs de l'OCLIFF se sont intéressés à un autre volet de l'affaire: la société de conseil crée en 2012 par François Fillon après avoir quitté Matignon. Les policiers ont cherché à savoir si l'ancien Premier ministre, redevenu député, a fait profiter à ses clients de son carnet d'adresses ou de passe-droits dans le cadre de son activité, fermée il y a quelques mois. Il revient désormais aux juges d'évaluer ces éléments recueillis.

J.C. avec Sarah-Lou Cohen