BFMTV

Affaire des "écoutes": Nicolas Sarkozy, Thierry Herzog et Gilbert Azibert font appel de leur condamnation

Les trois hommes, condamnées à trois ans de prison dont un an ferme, font appel de la décision rendue par le tribunal correctionnel de Paris

Ils avaient un délai de dix jours mais Nicolas Sarkozy, Thierry Herzog et Gilbert Azibert n'ont attendu que quelques heures pour interjeter appel de la décision rendue ce lundi par le tribunal correctionnel de Paris. Un deuxième procès dans l'affaire dites des "écoutes" aura donc lieu alors que les trois hommes ont été condamnés à trois ans de prison, dont un an ferme pour corruption et trafic d'influence.

Sorti rapidement de la salle d'audience sans faire de déclaration, Nicolas Sarkozy a annoncé son intention d'interjeter appel par la voix de son avocate. Me Jacqueline Laffont a dénoncé un "jugement extrêmement sévère" et "totalement infondé et injustifié".

"L'appel réduit le jugement au néant, vous avez toujours un Nicolas Sarkozy présumé innocent, a rappelé l'avocate, expliquant que son client "est calme mais déterminé à poursuivre la démonstration de son innocence". 

Appel suspensif

Thierry Herzog, avocat historique de Nicolas Sarkozy avait été le premier à annoncer son intention de faire appel de cette condamnation à de la prison alors que le tribunal a estimé qu'il "n'a pas hésité à bafouer le secret professionnel auquel il était tenu et a tenté d'influer sur une procédure judiciaire en cours devant la Cour de Cassation par l'emploi de procédés illégaux". Cette peine de prison a été complétée par une interdiction d'exercer le métier d'avocat pendant 5 ans.

"L'appel est suspensif sur toutes ces dispositions. Nous sommes plus déterminés que jamais à obtenir la relaxe de Me Herzog qui est présumé innocent", ont déclaré Hervé Temime et Paul-Albert Iweins.

Autre protagoniste du dossier, Gilbert Azibert a également fait appel de sa condamnation à trois ans de prison, dont un ferme, a indiqué son avocat à BFMTV. L'ancien haut magistrat a été lui aussi reconnu coupable de corruption et de trafic d'influence au terme d'un délibéré qui a duré 45 minutes et au cours duquel les juges ont dénoncé des faits d'une particulière gravité".

La justice a considéré qu'un "pacte de corruption" avait été conclu en 2014 entre les trois hommes. Nicolas Sarkozy et Thierry Herzog ont été reconnus coupable d'avoir obtenu des informations soumises au secret dans le cadre d'une autre affaire judiciaire concernant l'ex-président auprès de Gilbert Azibert. Ce dernier, alors magistrat à la Cour de cassation,

S.B.-E. avec AFP