BFMTV

Touche pas à mon poste!: tout ce que Cyril Hanouna compte changer à la rentrée

Cyril Hanouna veut repenser "Touche pas à mon poste!"

Cyril Hanouna veut repenser "Touche pas à mon poste!" - C8

L'animateur détaille les nombreux changements auxquels peuvent s'attendre les "fanzouzes" pour la saison prochaine, afin de renouveler une émission qui a connu des semaines difficiles.

L'heure d'un renouveau a sonné. Après une saison particulièrement difficile, Cyril Hanouna ambitionne de réinventer Touche pas à mon poste!. Après huit années d'antenne, dont cette dernière a été marquée par de nombreuses polémiques, une lourde sanction du CSA et une succession de départs parmi ses fidèles chroniqueurs, l'émission de C8 compte adopter un format entièrement repensé pour la rentrée 2017. 

C'est dans un entretien pour Pure Médias que Cyril Hanouna a détaillé la nature de son projet. Pour relever le défi que représente la concurrence de Quotidien sur TMC, revenir aux racines de son émission et pour "prendre des risques", l'animateur-vedette annonce "beaucoup de nouveautés":

"Ce sera entre Le Grand Journal et TPMP. Avec deux fictions courtes dans l'émission, des caméras cachées, un zapping radio porté par Stéphanie Loire, beaucoup de choses se passeront en dehors de l'émission, on va respirer." 

Il promet également une chronique politique, "comme à l'époque avec Bertrand Chameroy". 

Relooking chez les chroniqueurs

Le plus grand changement se passera probablement du côté des acolytes de Cyril Hanouna. Alors que Thierry Moreau, Énora Malagré, Danielle Moreau et Capucine Anav ont successivement annoncé leur abandon de l'émission, à laquelle certains participaient depuis ses débuts, Cyril Hanouna souhaite repenser le plateau:

"Je vais reprendre les studios du Grand Journal, avec un plateau beaucoup plus petit. C'était trop grand, le public était à 15 mètres de moi, il n'entendait même pas mes vannes. On avait plus un plateau de show que de talk. C'est moi qui ai fait cette erreur la saison dernière. Et on va revenir à 8 chroniqueurs! Cette année, on était parfois 11 autour de la table... c'est trop! La table était trop grande, il fallait remplir."

Afin de traiter l'actualité des médias dans sa globalité, il compte réorganiser le traitement de l'information au sein de son équipe:

"Il y aura trois pôles/parties. Une partie presse, on ne le traite pas du tout aujourd'hui, avec des chroniqueurs qui vont venir la porter en plateau, et les chroniqueurs qui réagissent. Un deuxième pôle web. Et un troisième radio/télé."

Celui qui explique vouloir "upgrader" l'émission, jusqu'aux tenues de ses chroniqueurs qu'il souhaite plus "chics", affirme par ailleurs qu'il "n'y aura pratiquement que des journalistes autour de la table."

Camille Combal, toujours plus présent

Transparent, Cyril Hanouna avoue qu'il essaye de convaincre Camille Combal de continuer à animer Il en pense quoi Camille. Mais quoi qu'il arrive, l'acolyte en chef du chroniqueur aura "son rendez-vous à lui, intégré, pendant 20/25 minutes". Cette pastille, qu'il souhaite semblable "à l'époque du Petit journal dans Le Grand journal, sera un autre moyen de modifier l'atmosphère du show:

"Il aura son espace, sur une scène. Je veux revenir à des rendez-vous très identifiés", explique l'animateur en estimant que cette dernière année était un peu "bordélique". "Il faut foutre le bordel mais avec des séquences fortes, c'est ma priorité pour la saison prochaine. La première partie de l'émission, je serai plus accompagnateur que show man, je m'amuserai dans la deuxième partie. (...) Je vais beaucoup travailler les images, on remettra par exemple Les inconnus du poste que les gens adoraient."

Seul paramètre qui ne devrait pas connaître d'évolution majeure, l'horaire de diffusion: "On est en train de voir mais cela ne devrait pas beaucoup changer." Pour résumer son nouveau projet, Cyril Hanouna cite ce qui était "le pitch de France 4 à l'époque": "Les gens, ce qui veulent, c'est le dîner de con inversé. Je prends que des mecs intelligents autour de la table et le con, c'est moi."

Benjamin Pierret