BFMTV

TPMP: pour la première émission sans pub, Hanouna lance un appel au CSA

Cyril Hanouna dans son émission "Touche pas à mon poste!", le 12 juin 2017.

Cyril Hanouna dans son émission "Touche pas à mon poste!", le 12 juin 2017. - Capture d'écran - C8

C8 a diffusé ce lundi soir la première édition de TPMP sans publicité, appliquant la sanction du CSA.

C'est la chroniqueuse Géraldine Maillet qui a ouvert les hostilités. Pour la première édition de Touche pas à mon Poste! sans publicité, pour cause de sanction du CSA, Cyril Hanouna est resté assez sobre. Alors que Géraldine Maillet a regretté que le CSA n'ait pas répondu à la proposition de l'animateur de rétablir la publicité et de reverser les fonds à des associations, il a simplement expliqué "personne ne nous a contactés", ajoutant "généralement, quand le CSA m'appelle, c'est pour me mettre une amende".

"Faut redescendre 2 minutes, les chéris"

La chroniqueuse a ensuite évoqué le tweet de l'ex-membre du CSA Françoise Laborde, qu'elle a qualifié de "lâche". La journaliste a réagi à la proposition de Cyril Hanouna, le 9 juin dernier, postant:

"Parce que le CSA applique la loi et rien que la loi. Le troc ne fait pas partie des dispositions légales".

"Je trouve que c'est lâche et ça ne se fait pas", a martelé Géraldine Maillet. "Faut arrêter, faut redescendre 2 minutes, les chéris", a lancé Cyril Hanouna. "Comme on le dit souvent, la télé c'est que de la télé. Si on peut aider des associations... Les associations c'est plus grave que la télé". "On attend la réponse du CSA, aujourd'hui c'est mort mais ils peuvent peut-être se réveiller pour demain."

Après l'annonce du CSA de suspendre pour trois semaines la publicité dans TPMP, le 7 juin dernier, à la suite de deux incidents fin 2016, la chaîne C8 avait dénoncé un "acharnement" qui la "fragilise" financièrement.

La sanction concerne deux séquences diffusées en novembre et décembre 2016 dans l'émission phare de la chaîne C8 présentée par Cyril Hanouna. La première, diffusée le 3 novembre, montre des images tournées en caméra cachée de l'un des chroniqueurs victime d'un simulacre organisé par l'animateur-producteur de l'émission.

Agression mortelle

Le chroniqueur, "présenté comme témoin d'une agression mortelle commise par l'animateur, est sommé de s'accuser du crime et apparaît n'être informé de la manipulation que le lendemain, ce qui l'a placé dans une situation de détresse et de vulnérabilité manifeste pendant toute la durée de l'émission", estime le CSA.

La deuxième séquence a été diffusée le 7 décembre. On y voit Cyril Hanouna proposer à l'une des chroniqueuses de TPMP, Capucine Anav, de fermer les yeux et de poser ses mains sur lui, pour deviner quelle partie du corps elle touchait, jusqu'à ce qu'elle pose ses mains sur son sexe.

Une autre procédure de sanction visant TPMP est toujours en cours au CSA pour un canular jugé homophobe diffusé en mai dernier, qui avait déclenché une avalanche de réactions et pour laquelle l'animateur s'était excusé. Pour cette séquence, le CSA a enregistré un nombre de plaintes de téléspectateurs record, près de 40.000...

M. R.