BFMTV

Karine Le Marchand accusée de copinage avec le FN: "Je l'avais prévenue" assure Marine Le Pen

Marine Le Pen dans "Une ambition intime" avec Karine Le Marchand

Marine Le Pen dans "Une ambition intime" avec Karine Le Marchand - Pierre Olivier - M6

La présidente du Front national revient sur la polémique autour de Karine Le Marchand, accusée par Patrick Cohen mercredi soir dans C à Vous de "copinage" pour avoir invité Marine Le Pen dans son émission Une ambition intime.

"Je l'avais prévenue", a confié Marine Le Pen au Figaro au lendemain d'une passe d'armes entre Karine Le Marchand et Patrick Cohen dans C à Vous.

Mercredi soir, l'invitée de l'émission menée par Anne-Sophie Lapix était accusée par le journaliste de France Inter de "copinage". Le chroniqueur reprochait à l'animatrice d'avoir invité la présidente du Front national dans sa nouvelle émission Une ambition intime qui sera diffusée dimanche.

Interrogée par nos confrères, Marine Le Pen a pour sa part confié avoir été "au départ très réticente" à l'idée de participer au programme de M6.

"Mais je marche à l'instinct. Je sens le truc où je ne le sens pas. Et là je me suis finalement dit 'pourquoi pas'", expliquant au passage qu'il s'agissait d'un "exercice neutre" où "tout le monde est traité de la même manière".

"Le fait qu'elle me traite comme les autres lui est reproché"

Concernant les reproches faits à Karine Le Marchand, la candidate à la présidentielle n'était visiblement pas surprise. "Le simple fait qu'elle me traite comme les autres lui est déjà reproché", s'est-elle agacé. Comme le rappelle Florian Philippot le numéro deux du parti, à nos confrères, Marine Le Pen n'est pas une habituée de ce genre de programmes:

"Elle n'a jamais été invitée à une émission chez Drucker et elle ne le sera jamais, donc c'est la première fois qu'elle participe à ce type d'entretien".

Quelques jours plus tôt, l'animatrice de L'amour est dans le pré, avait déjà été amenée à se justifier dans le JDD d'avoir interviewé Marine Le Pen et de participer ainsi à la "dédiabolisation" du Front national. "C'est une femme comme les autres, s'était défendue Karine Le Marchand. Moi, je fais une émission avec les présidentiables. Elle a toute sa place". 

Romain Iriarte