BFMTV

Une ambition intime: Karine Le Marchand "obligée" d'interviewer Marine Le Pen

Karine Le Marchand présente "Une ambition intime" sur M6

Karine Le Marchand présente "Une ambition intime" sur M6 - Pierre Olivier - M6

La présentatrice de la nouvelle émission politique de M6, pointée du doigt pour avoir interviewé Marine Le Pen, explique dans les colonnes du JDD avoir traité la candidate FN "comme les autres".

"C’était une évidence de l’inviter exactement comme les autres." Le ton est donné. Dans une entrevue publiée ce dimanche dans le Journal du dimanche, Karine Le Marchand se défend contre ceux qui lui reprochent d'avoir interviewé Marine Le Pen et de participer à la "dédiabolisation" du personnage.

Les deux femmes se sont rencontrées à l'occasion de l'émission Une ambition intime, nouveau rendez-vous politique de M6 qui sera diffusé dès le 9 octobre prochain et qui met en avant le côté humain des candidats plutôt que leur programme.

"Je ne connaissais rien d’elle. Comme la plupart des Français. Son histoire n’est pas neutre", raconte l'animatrice. "Le cordon sanitaire autour d’elle quand elle était à l’école, coupable d’être la fille de Jean-Marie Le Pen. L’attentat au domicile familial quand elle avait huit ans...".

"Une femme comme les autres"

La star de L'amour est dans le pré explique avoir traité la candidate FN comme les autres invités politiques. 

"C'est une femme comme les autres. Moi je fais une émission avec les présidentiables. Elle a toute sa place. Dans les sondages, elle est entre 25 et 30% d’intention de votes. Elle compte", assure-t-elle.

Accusée de donner une image "sympathique" de Marine Le Pen depuis l'annonce de cette interview, Karine Le Marchand fait l'objet de nombreuses critiques. Pourtant, elle l'assure, ce n'est pas à elle "de pointer son programme politique" ou bien "son entourage sulfureux".

"Quelle est ma légitimité? Je fais des portraits humains de gens avec la même bienveillance, le même recul et la même écoute", se défend-elle. "J’ai l’impression d’être au tribunal parce que j’ai fait Marine Le Pen. Franchement, j’étais obligée de la faire, et de la faire comme tout le monde. Sinon, on interdit le FN et on ne l’invite pas (...) Si je ne l’avais pas faite, tout le monde me serait tombé dessus", conclut-elle.

En plus de la candidate FN sont attendus entre autres dans l'émission Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Bayrou, Jean-François Copé, Bruno Le Maire, Arnaud Montebourg, François Fillon, et Jean-Luc Mélenchon. François Hollande, lui, a refusé d'y participer. 

Nawal Bonnefoy