BFMTV

Cyril Hanouna: "Comme Coluche, je souhaite mettre l'argent au profit d'une grande cause"

Cyril Hanouna

Cyril Hanouna - Joel Saget - AFP

Avant d'attaquer la rentrée de Touche pas à mon poste! sur C8, l'animateur controversé évoque ses aspirations caritatives dans les pages de Paris Match.

Sourire détendu, clichés tendres avec ses enfants et soleil estival: entre une année très mouvementée et une rentrée qui sera celle du changement, Cyril Hanouna a ouvert les portes de ses vacances à Paris Match. L'animateur de Touche pas à mon poste!, dont la dernière saison a été entachée par plusieurs polémiques et une importante sanction du CSA, y expose notamment son désir de faire le bien autour de lui.

Après une saison marquée par une séquence perçue comme une agression sexuelle, une blague morbide aux dépens d'un de ses chroniqueurs et un canular jugé homophobe aux lourdes retombées médiatiques, Hanouna dévoile sa fibre philanthrope. "Je gagne très bien ma vie, il ne faut pas s'en cacher", reconnaît celui qui a signé un contrat de 250 millions d'euros sur cinq ans. Une somme qu'il aimerait utiliser à bon escient:

"Je souhaite mettre l'argent au profit d'une grande cause, explique l'animateur-star. "Mon rêve, c'est de créer un jour, comme Coluche, quelque chose comme les Restos du Coeur, mais concernant le logement."

Un projet dont il commence à poser les jalons, comme il l'explique: "Avec l'association Les Anges de la rue, nous essayons de repérer les immeubles, les hôtels à l'abandon pour les rénover et les mettre à disposition."

Cyril Hanouna, "militant de l'inclusion par le rire"

Régulièrement accusé d'humilier ses chroniqueurs et de favoriser la reproduction de ces pratiques à l'école, l'animateur se dédouane dans les colonnes de l'hebdomadaire: "Avant TPMP, les gamins ne se traitaient pas avec une grande tendresse dans les cours d'école (...) Je n'ai rien inventé, rien exacerbé".

Concernant le canular jugé homophobe diffusé en mai dernier, il rappelle s'en être "excusé publiquement, très vite", et assure que tout ce qui lui est "intrinsèquement lié va à l'encontre de l'homophobie", avant d'évoquer son éducation "dans les valeurs de la tolérance et d'ouverture". Se qualifiant de "militant de l'inclusion par le rire", il persiste: toutes les blagues sont permises.

"Noirs, Blancs, homos, hétéros, Arabes, Juifs, cathos, petits, gros..." , énumère l'animateur, "pour moi, tout le monde est sur le même plan, critiquable sans distinguo possible."

Benjamin Pierret