BFMTV

Classement très masculin des personnalités préférées: "Il y en a marre!", s'agace Muriel Robin

Muriel Robin à La Rochelle le 12 septembre en septembre 2018

Muriel Robin à La Rochelle le 12 septembre en septembre 2018 - Xavier Leoty - AFP

Cette année, les 10 premières places du classement des personnalités préférées des Français sont occupées par des hommes. La comédienne, très engagée pour la cause des femmes, fait part de sa colère.

Beaucoup l'ont souligné: le classement 2018 des 50 personnalités préférées des Français, dévoilé ce dimanche par le JDD, ne présente que des hommes dans son Top 10. Un constat qui fait bondir Muriel Robin, qui occupe la 38e place.

"Il y en a marre!", déclare-t-elle dans l'hebdomadaire. "C'est presque toujours les hommes d'abord - à part sur les bateaux qui font naufrage. Même si je me ­réjouis pour Jean-Jacques ­Goldman (1er, ndlr) ou Omar Sy (2e, ndlr) notamment."

"C'est vrai que depuis la disparition de Simone Veil, les grandes statures manquent…", poursuit-elle. "J'attends le jour où il y aura dix femmes dans le top 10, mais je n'y crois pas vraiment."

"Les votants ont pensé que j'étais un homme!"

Ces derniers mois, Muriel Robin s'est illustrée par son engagement pour la cause des femmes. La comédienne a interprété Jacqueline Sauvage dans un téléfilm sur TF1 et a lancé une pétition intitulée Sauvons celles qui sont encore vivantes, afin de sensibiliser citoyens et gouvernement au fléau des violences conjugales. Début octobre, elle était l'instigatrice d'une manifestation à Paris. Elle a même été reçue à Matignon.

"À quoi tient mon retour (dans le Top 50)?", se demande la comédienne, qui en était sortie en 2013, dans le Journal du Dimanche. "Peut-être à mon engagement pour les femmes. Ou peut-être que le public pense que je vais mourir. Ou alors, les votants ont pensé que j'étais un homme! Car c'est toujours plus facile pour eux d'y figurer en bonne place."

Sophie Marceau, première figure féminine du Top 50, n'apparaît qu'en 16e place (elle était 5e l'an passé). Le JDD note que la plupart des femmes ont reculé cette année.

Benjamin Pierret