BFMTV

Les moments forts de la cérémonie de panthéonisation de Simone Veil 

Simone Veil et son mari ont été inhumés au Panthéon ce dimanche sous un grand soleil. Un dernier hommage, historique, à cette grande figure du XXe siècle, ancienne déportée, ministre et défenseure de l'Europe.

Une grande dame au milieu des grands Hommes. La France a rendu un ultime hommage à Simone Veil au Panthéon ce dimanche, où cette figure populaire du XXe siècle reposera désormais avec son mari, au milieu des héros de l'Histoire de France.

Ce dimanche matin, c'est dans une très vive émotion et sous un soleil écrasant que les cercueils de Simone Veil et de son époux Antoine, escortés par la garde Républicaine, ont rejoint le Panthéon.

 > Unanimité politique et populaire

La place Edmond-Rostand et la rue Soufflot qui mènent au Panthéon ont rapidement été prises d'assaut par la foule ce dimanche matin. Des centaines d'anonymes ont tenu à faire le déplacement pour saluer "une icône immortelle". En fin de matinée, le cortège funèbre a été accompagné de nombreux applaudissements lors de sa remontée de la rue Soufflot.

Parmi les 500 invités qui se trouvaient dans la tribune officielle ce dimanche se trouvaient sa famille et notamment ses fils Jean et Pierre-François Veil. Etaient également présents les anciens présidents Nicolas Sarkozy et François Hollande, ainsi que les membres de l'actuel gouvernement, les parlementaires et des personnalités européennes. Nicolas Sarkozy a tenu à saluer "une amie sentimentale, chaleureuse, sensible", qui "incarne le XXème siècle avec toutes ses contradictions, ses malheurs et ses espérances".

Après l'hommage, le public pourra se recueillir à son tour dans la nef à partir de 16 heures et jusqu'à 22 heures ce dimanche.

> "Une décision de tous les français", rappelle Macron

Lors de son discours prononcé au sommet des marches du Panthéon, Emmanuel Macron a rappelé l'unanimité des français autour de la figure de Simone Veil, la remerciant pour "son oeuvre" :

"Cette décision fut celle de tous les français car la France aime Simone Veil. Elle l'aime dans ses combats, toujours, justes, toujours nécessaires. [...] Toute sa vie a été l'illustration de cet invincible espoir. Nous avons voulu que Simone Veil entre au Panthéon sans attendre que passent les générations comme nous en avons pris l'habitude pour que ses combats, sa dignité, son espérance restent une boussole en ces temps troublés que nous traversons".

Emu aux larmes, le chef de l'Etat a ensuite respecté une minute de silence suivi de la diffusion d'un enregistrement de chants d'oiseaux du camp de Birkenau puis d'une Marseillaise interprétée par la chanteuse Barbara Hendricks, accompagnée par le Chœur de l'armée française.

BFMTV
BFMTV © -

> Une femme juive victime de la Shoah

Plusieurs symboles forts sont entrés ce dimanche au Panthéon avec Simone Veil, et parmi eux celui d'une ancienne victime de la Shoah, déportée à Auschwitz avec sa famille. La voix de Simone Veil a résonné dans les alentours du Panthéon, où un enregistrement d'un texte qu'elle avait lu, intitulé "Je suis juive".

Sur la route en direction du Panthéon, de jeunes choristes vêtus de polos bleus ciel ont ensuite entonné le chant des déportés et un air de Nuit et brouillard de Jean Ferrat et Franck Ferrant . Le chef de l'Etat est également revenu sur la période de l'Occupation dans son allocution:

"Simone Veil savait que chaque jour qui passe est un nouveau combat contre la barbarie. Sur le bras gauche, elle portait le stigmate de son malheur", poursuit-il. 

> Un hommage à son combat pour les femmes

L'hommage rendu à Simone Veil a donné la part belle à son engagement féministe. Le long de la remontée du cortège de la rue Soufflot, 21 affiches retraçaient le parcours exceptionnel de l'ancienne ministre. Devant le panneau marquant la loi Veil de 1974, trois jeunes filles se sont arrêtées pour lui dire un dernier "merci madame" en langage des signes. 

BFMTV
BFMTV © -

Lors de son discours, le président de la République a lui aussi salué les combats féministes de Simone Veil, rappelant qu'elle s'était battue pour que "justice soit faite aux femmes, à toutes les femmes (...): leur indépendance financière, leur autonomie conjugale, leur égalité dans l'autorité parentale, pour que leurs qualités et talents soient reconnus et utilisés dans tous les domaines. Pour les femmes meurtries dans leur chaire, dans leur âme, pour les faiseuses d'ange, pour les femmes qui devaient cacher leur détresse ou leur honte et qu'elle arracha à leur souffrance."

"Avec Simone Veil entrent ici ces générations de femmes qui ont fait la France" a indiqué le chef de l'Etat.

> L'Europe mise à l'honneur

Emmanuel Macron a également voulu insister sur la dimension européenne de la figure de Simone Veil, ancienne présidente du Parlement européen, qui s’est toujours battue pour défendre l’idéal européen.

"Comme Jean Monnet, Simone Veil s’est battue pour la paix, donc pour l’Europe", souligne le président de la République. "Elle se fit combattante de la paix, combattante de l’Europe. Elle voulut l’Europe par réalisme, non par idéalisme", poursuit-il, évoquant les "vents mauvais" qui secouent aujourd'hui l'Europe.
Jeanne Bulant