BFMTV

L'entrée au Panthéon de Simone Veil, un "second arrachement" mais "un geste magnifique" pour ses fils

Pierre-François et Jean Veil ont salué ce vendredi sur BFMTV le "geste magnifique" de l'entrée de leurs parents au Panthéon, mais ont reconnu la difficulté de "partager" leur mémoire.

Ce dimanche, la femme d'Etat, première présidente du Parlement européen, ancienne ministre et rescapée de la Shoah Simone Veil entrera au Panthéon au côté de son mari, Antoine. Une reconnaissance de la Nation qui touche beaucoup leurs fils, invités ce vendredi sur notre antenne.

"C'est une forme de cadeau (à la nation)", a reconnu Jean Veil. "Ce n'est pas si facile, c'est un second arrachement", a-t-il poursuivi, visiblement très ému.

"Mais je trouve que c'est bien, et en tout cas les signes que les Français donnent, les témoignages que nous recevons, à part quelques dingues qui continuent à nous écrire des horreurs, franchement c'est un cadeau, mais les gens remercient", a-t-il souligné, avant de sourire: "Ça fait beaucoup de bougies".

"Nous partagions Maman, maintenant nous partagions Maman et Papa", a relevé Pierre-François Veil, saluant "un geste magnifique qui (leur) était proposé par le président de la République". Le fils du couple Veil trouve "extrêmement émouvant ce qui se passe au Mémorial (de la Shoah, où sont exposés les cercueils des époux Veil avant dimanche, NDLR), une sorte de veillée où les gens viennent se recueillir".

"Nous les aurons un petit peu perdus tout de même"

"Il est vrai qu'à partir de dimanche nous ne les partagerons plus vraiment, nous les aurons un petit peu perdus tout de même", a confié le fils des époux Veil.

Interrogé sur les inscriptions "Merci Simone" disséminées un peu partout dans Paris par un collectif de street artists, Pierre-François Veil s'est dit "très touché". "On voudrait chaque fois pouvoir dire merci, et en même temps ça nous remplit de timidité. Parce qu'au fond, c'est très compliqué à assumer. C'est elle, c'est pas nous", a-t-il conclu.

L.A.