BFMTV

Oscar: comment ces 3 Mexicains sont devenus les maîtres de Hollywood

Inarritu, Cuaron et del Toro

Inarritu, Cuaron et del Toro - Jason Merritt - Getty Images North America - AFP - Frazer Harrison - Getty Images North America - AFP - Angela Weiss - AFP

Le triomphe de Roma aux Oscars marque également celui d'un trio d'amis: Guillermo del Toro, Alfonso Cuarón et Alejandro González Iñárritu.

On les appelle les "Tres Amigos", les "Trois Amis". Depuis 2014, Guillermo del Toro, Alfonso Cuarón et Alejandro González Iñárritu forment un groupe soudé de réalisateurs surdoués qui raflent toutes les récompenses suprêmes aux Oscars et dans les grands festivals internationaux (Cannes, Venise).

A l'exception de l'édition 2017, où le prix du meilleur réalisateur fut décerné à Damien Chazelle pour La La Land, les "Trois Amis" ont récolté chaque année la statuette de cette catégorie très prisée, mais aussi très masculine. 

En 2014, donc, c'est Alfonso Cuarón qui ouvre le bal avec Gravity, thriller spatial réalisé à l'aide d'effets spéciaux époustouflants. C'est une razzia, avec sept statuettes: meilleur réalisateur et meilleur montage pour Alfonso Cuarón, mais aussi meilleur montage de son, meilleur mixage de son, meilleurs effets visuels et meilleure musique.

Des Oscars à la chaîne 

Le chef opérateur Emmanuel Lubezki reçoit quant à lui l'Oscar de la meilleur photographie, qu'il recevra une nouvelle fois... les deux années suivantes avec Birdman (2016) puis The Revenant (2017) d'Iñárritu. Du jamais vu. D'autant que la comédie avec Michael Keaton et le survival avec Leonardo DiCaprio permettent à Iñárritu de décrocher aussi coup sur coup la statuette du meilleur réalisateur (l'acteur de Titanic obtient enfin celle du meilleur acteur).

Ce triomphe sera suivi, en 2018, par celui du troisième larron de la bande, Guillermo del Toro, avec La Forme de l'eau. Réalisateur à l'univers très personnel, peuplé de créatures et de monstres étranges, il n'était pas le candidat idéal pour décrocher les Oscars du meilleur réalisateur et du meilleur film. Et pourtant: sa fable dans la lignée de La Belle et la bête et située pendant la Guerre froide a séduit un grand nombre.

Fermant la boucle, Alfonso Cuarón obtient avec Roma trois statuettes: celles du meilleur réalisateur, du meilleur film étranger et de la meilleure photographie. Drame intimiste et personnel, partiellement autobiographique, Roma parle des deux femmes qui ont marqué son enfance: sa mère, en train de se séparer de son mari, et la femme de ménage, une jeune femme d'origine amérindienne.

Une Amérique multiculturelle à l'heure de Donald Trump

Le succès des "Trois Amis" est aussi celui d'une Amérique multiculturelle à une époque où son président, Donald Trump, rêve de bâtir un mur entre le Mexique et les Etats-Unis. Une situation dénoncée par Cuarón et son fils Jonás dans le thriller Desierto en 2015, mais aussi dans le film d'anticipation Les Fils de l'homme (2006), son chef d'œuvre. 

Iñárritu a quant à lui exploré cette question dans Babel, où une nourrice se rend à un mariage au Mexique avec les enfants d'un couple américain (Brad Pitt et Cate Blanchett) sans leur demander la permission. Situé au XIXe siècle, The Revenant est l'évocation d'une autre frontière, celle que les colons américains, présentés comme des barbares, tentent conquérir. La Forme de l'eau, enfin, avec sa divinité aquatique affrontant le gouvernement américain, critique la xénophobie de Donald Trump et de ses supporteurs.

Avec leurs films, les "Tres amigos" ont dénoncé les tares de la société américaine. Que l'Académie les honore systématiquement depuis 2014 marque, selon eux, la plus belle réponse aux bouleversements que rencontrent les Etats-Unis.

Jérôme Lachasse