BFM Paris

Régionales en Île-de-France: l'écologiste Julien Bayou propose un "plan de santé globale"

Le secrétaire national d'EELV Julien Bayou le 22 septembre 2020 à Paris

Le secrétaire national d'EELV Julien Bayou le 22 septembre 2020 à Paris - Ludovic MARIN © 2019 AFP

Le secrétaire national d'EELV estime que la région a "payé un plus lourd tribut" depuis le début de la crise sanitaire, en partie en raison de la gestion de Valérie Pécresse.

Le candidat EELV à la présidence de la région Île-de-France Julien Bayou a proposé ce mercredi "un plan de santé globale" dont l'assise écologiste permet selon lui d'offrir un meilleur "bouclier sanitaire" contre le coronarivus que celui de la sortante Valérie Pécresse.

"Notre fil vert, ce sera l'indicateur de bonne santé", a souhaité le secrétaire national d'EELV lors de ses vœux à la presse dans son local de campagne parisien.

Car, a-t-il déploré, "l'Île-de-France a payé un plus lourd tribut" à la crise sanitaire que d'autres régions, en partie à cause de la gestion de la présidente sortante Valérie Pécresse (Libres!) selon lui.

La région comme "bouclier sanitaire"

Julien Bayou a proposé un "plan de santé globale parce que la région peut être un bouclier sanitaire": rapprochement des centres de santé des gares régionales pour combattre les "inégalités d'accès aux soins", lutte contre la pollution et "l'artificialisation des sols", recrutement d'agents hospitaliers mais aussi éducatifs permettant un protocole sanitaire renforcé dans les lycées, ajout de trains aux heures de pointe...

Julien Bayou a aussi vanté la popularité, dans une enquête Harris interactive que le parti a commandée, de sa mesure phare de critérisation des aides économiques aux entreprises, sur le thème de l'écologie mais aussi de l'égalité femmes-hommes et de l'emploi.

"C'est un projet fédérateur qui recueille bien sûr 80% d'adhésion dans notre électorat, mais aussi 70% dans celui de gauche et les deux tiers à droite", s'est-il félicité.

"Notre adversaire, c'est Valérie Pécresse"

Interrogé sur son positionnement stratégique au sein de la gauche pour ce premier tour, Julien Bayou a assuré n'avoir "pas d'ennemis à gauche", semblant calmer le jeu après des attaques échangées avec la probable candidate du Parti socialiste Audrey Pulvar, à l'automne dernier.

"Notre adversaire, c'est Valérie Pécresse qui abîme la Région", a-t-il scandé, convaincu qu'il y a un chemin pour gagner".

Valérie Pécresse est en tête des intentions de vote avec 30%, selon le sondage Harris interactive mené auprès de 1.017 électeurs, du 16 au 22 janvier, selon la méthode des quotas. Julien Bayou, à la tête d'une coalition comprenant aussi Générations, le Mouvement des progressistes, Cap 21, Génération écologie et l'Alliance écologiste indépendante, est donné à 15%, soit un point derrière le ministre et potentiel candidat Jean-Michel Blanquer, et un point devant Audrey Pulvar et Jordan Bardella (RN).

F.B. avec AFP