BFMTV

Trump-Macron: après les tensions, une relation apaisée?

Donald Trump et Emmanuel Macron à l'issue de leur conférence de presse commune au sujet du G7 lundi 26 août 2019

Donald Trump et Emmanuel Macron à l'issue de leur conférence de presse commune au sujet du G7 lundi 26 août 2019 - Ludovic Marin - AFP

L'histoire tumultueuse entre Donald Trump et Emmanuel Macron s'est fortement adoucie lors du G7 qui vient de s'achever, au cours duquel les deux chefs d'État ont multiplié sourires et compliments, affichant ainsi une certaine harmonie.

Pas de tweets vindicatifs, pas de coups d'éclat... En deux ans et demi, la relation entre le président français Emmanuel Macron et son homologue américain Donald Trump a connu des hauts, et des bas. À la fin du G7, qui s'est tenu pendant deux jours à Biarritz, les deux chefs d'État ont toutefois affiché une entente claire devant les caméras, des relations apaisées et une complicité semblant retrouvée.

"Merci la France"

"Merci la France", a tweeté Donald Trump lundi soir, en lettres capitales comme à l'accoutumée. "Ce G7 a été une grande réussite", avait déjà déclaré le président américain lors de la conférence de presse commune avec Emmanuel Macron lundi après-midi. Une attitude positive pour un président plutôt habitué aux déclarations provocatrices.

Pour rappel, le précédent G7, à l'été 2018, s'était déroulé sous haute-tension au Canada. "Tous les terroristes sont à Paris", avait déclaré le président américain, qui avait également assimilé les Mexicains aux auteurs d'attentats, ou avait qualifié le président de la Commission européenne de "tueur brutal". Pour finir, il avait refusé de signer l'accord commun entre les sept puissances.

Macron aux petits soins

Afin d'éviter un nouveau fiasco, Emmanuel Macron a multiplié les égards à l'encontre de son homologue lors de cette nouvelle session. Samedi midi, le président français a notamment invité Donald Trump à un déjeuner durant lequel ils ont pu discuter en tête-à-tête.

Donald Trump et Emmanuel Macron déjeunent en tête-à-tête le 24 août à Biarritz, au premier jour du G7.
Donald Trump et Emmanuel Macron déjeunent en tête-à-tête le 24 août à Biarritz, au premier jour du G7. © Ludovic Marin - AFP
"Nous avons beaucoup en commun Emmanuel et moi. Nous sommes amis depuis longtemps (...) nous nous entendons très bien, nous avons une très bonne relation", a déclaré le président américain lors de ce repas. "On a eu une très bonne discussion avec le président Trump quand il est arrivé, on a ensuite eu un dîner où on a parlé pendant plus d'une heure de l'Iran", a par la suite confirmé Emmanuel Macron, lors de son interview sur France 2, lundi soir.

L'effet ricochet des attaques de Bolsonaro

Après des passages difficiles, "maintenant ils se connaissent l'un l'autre, ils sont dans une relation pragmatique", explique François Durpaire, consultant États-Unis pour BFMTV. "Par exemple, Emmanuel Macron sait que sur l'Iran, il faut qu'il flatte Donald Trump en lui servant que c'est grâce aux sanctions américaines que la négociation peut se faire en position de force".

Selon François Durpaire, les déclarations du président brésilien lors du sommet - Jair Bolsonaro s'est notamment associé dimanche à un tweet insultant à l'égard de Brigitte Macron - ont également par ricochet amélioré l'image du président américain, transformé en "populiste respectable" face à son homologue brésilien.

Le coup de théâtre réussi sur l'Iran

Le grand événement de ce G7 a été la venue surprise du ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, afin de discuter du dossier nucléaire iranien, sujet particulièrement tendu avec les États-Unis. Loin de déclencher les ires du président américain, ce dernier a assuré sur CNN avoir donné son feu vert à Emmanuel Macron lorsqu'il a été mis au courant de la venue du ministre.

Ce coup de théâtre a même créé "les conditions d'une rencontre et donc d'un accord" entre les présidents américain Donald Trump et iranien Hassan Rohani sur la crise du nucléaire iranien, a assuré Emmanuel Macron à la fin du G7.

Il ne s'agit encore que d'un début fragile dans une relation très abîmée ces derniers mois avec les États-Unis. "Ils (les Iraniens, ndlr) ne doivent pas faire ce qu'ils ont dit qu'ils feraient, ou nous devrons utiliser de la force très violente", a d'ailleurs souligné Donald Trump lors de la conférence de presse commune avec Emmanuel Macron.

Donald Trump, modéré jusqu'à quand?

Mais s'il y a eu des évolutions lors de ce sommet, "aucun problème n'est résolu", souligne François Durpaire. "Que ce soit pour les GAFA, l'Iran ou le climat, les sujets de discorde existent toujours". Le spécialiste des États-Unis note également que la bonne relation franco-américaine tient surtout au comportement de Donald Trump, connu pour ses sursauts d'humeur. "S'il a besoin de faire du french bashing pendant sa campagne, il ne s'embarrassera pas", prévient-il.

Il rappelle également que Donald Trump n'a donné aucun réel succès à Emmanuel Macron lors de ce G7. La menace de taxe sur les importations de vin français n'a, par exemple, pas encore été totalement écartée.

Lors du G7, Donald Trump a par ailleurs manqué la séance de travail sur le climat, sa porte-parole prétextant qu'il était trop occupé pour y aller. Le président des Etats-Unis a également annoncé qu'il pourrait très bien inviter Vladimir Poutine lorsque les États-Unis accueilleront le G7 à Miami en 2020. Le président russe a été exclu du groupe en 2014 après le rattachement de la Crimée à la Russie. Un prochain sujet de tension entre la France et les États-Unis?

Salomé Vincendon