BFMTV

Syrie: un raid israélien fait au moins 42 morts

Israël a mené deux raids en Syrie en 48 heures.

Israël a mené deux raids en Syrie en 48 heures. - -

Israël a mené deux raids en Syrie en 48 heures, dont le dernier a fait au moins 42 victimes, affirmant vouloir empêcher un transfert d'armes au Hezbollah libanais. Pour Damas, ceci ouvre la porte à toutes les options et rend la situation dans la région plus "dangereuse".

La tension est encore montée d'un cran au Proche-Orient. Au moins 42 soldats syriens ont été tués et le sort d'une centaine d'autres est inconnu après le raid israélien mené dans la nuit de samedi à dimanche contre trois positions militaires au nord de Damas, a rapporté une ONG.

"Selon un nouveau bilan, au moins 42 soldats ont été tués et le sort d'une centaine d'autres est inconnu à la suite du raid israélien", a déclaré à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Le raid visait trois sites soupçonnés d’être des zones de transfert d'armes entre l'Iran et le Hezbollah. L’objectif de l’Etat Hébreu est clair: éviter que le mouvement chiite ne prenne trop d’ampleur dans la région. Les Etats-Unis, allié historique d'Israël, ont d’ailleurs apporté leur soutien à ces offensives.

"Les Israéliens ont tout à fait le droit de se protéger contre le transfert d’armements vers des organisations terroristes tels que le Hezbollah", a ainsi indiqué le président américain, Barack Obama, lors d’une interview télévisée.

Des menaces syriennes à peine dissimulées

La Syrie n'a pas tardé à réagir à ces attaques, avec un discours comportant des menaces à peine voilées.

"L’armée syrienne a le droit et la responsabilité de protéger son pays et ses habitants de toute forme d’attaque, qu’elle soit intérieure ou extérieur", a déclaré Omran Zoabi, ministre de l'Information syrien. "La communauté internationale doit savoir que la situation dans la région est devenue plus dangereuse après l'agression".

Dans une volonté d'apisement, l'ONU a apellé "toutes les parties à faire preuve au maximum de calme et de retenue pour éviter une escalade de ce qui est déjà un conflit dévastateur et très dangereux". Mais l’organisation internationale va avoir bien du mal à calmer l'escalade.


A LIRE AUSSI:

>> Syrie: les rebelles "ont utilisé du gaz sarin", selon Carla del Ponte

>> Syrie: "la communauté internationale n’a pas envie d’intervenir"

E.B. avec Julien Migaud-Muller