BFMTV

Syrie: le chef militaire de Daesh ne serait pas mort

BFMTV

L'un des chefs militaires du groupe Etat islamique=, "Omar le Tchéchène" a été "grièvement blessé" à la suite d'un raid sur son convoi et non pas tué, probabilité avancée par les Etats-Unis, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). L'Observatoire, qui dispose d'un large réseau de sources à travers la Syrie, affirme baser cette information sur des sources au sein de l'EI dans la province de Raqa, bastion du groupe ultraradical dans le nord de la Syrie.

Mardi, un responsable américain sous couvert de l'anonymat a affirmé que le jihadiste "a été probablement tué avec 12 autres combattants" du groupe terroriste Daesh dans un bombardement américain le 4 mars dans le nord-est de la Syrie. Le porte-parole du Pentagone, Peter Cook, a confirmé qu'une frappe avait ciblé "Omar le Tchétchène" mais s'est refusé à donner toute indication sur son sort.

Cependant, d'après les sources citées par l'OSDH, "le convoi de jihadiste a bien été visé par les avions de la coalition dirigée par les Etats-Unis, tuant ses gardes de corps, mais lui a été grièvement blessé. Il n'est pas mort", a affirmé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire. "Il a été transporté de la province de Hassaké (nord-est) à un hôpital de la province de Raqa où il a reçu les soins d'un médecin jihadiste d'origine européenne", a précisé M. Abdel Rahmane, indiquant qu'il s'agissait d'un "phlébologue". 

Connu pour son épaisse barbe rousse, le jihadiste qui se nommait en réalité Tarkhan Tayumurazovich Batirashvili était un tchétchène de Géorgie, a indiqué Peter Cook. Ce "chef de guerre expérimenté" a occupé "plusieurs responsabilités à la tête de l'organisation militaire de Daesh, dont le ministère de la guerre", a-t-il précisé. L'administration américaine offrait 5 millions de dollars pour des informations fiables pouvant mener jusqu'à lui.

la rédaction avec AFP