BFMTV

Un ministre israélien affirme que les jours du leader du Hamas sont "comptés"

Le ministre du Logement et de la Construction, Yoav Galant.

Le ministre du Logement et de la Construction, Yoav Galant. - JACK GUEZ / AFP FILES / AFP

Mercredi, un ministre israélien a menacé le chef du Hamas, en affirmant que ses jours sont comptés.

Un ministre israélien a menacé mercredi le chef du mouvement palestinien Hamas dans la bande de Gaza, quelques jours après un cessez-le-feu qui a mis fin à une flambée de violence mais provoqué une crise au sein de la coalition gouvernementale israélienne.

"Les jours de Yahya Sinwar sont comptés", a déclaré le ministre du Logement et de la Construction, Yoav Galant, assurant que le dirigeant du Hamas à Gaza "ne finira pas sa vie dans une maison de retraite".

"Assassinats ciblés"

Le mouvement islamiste au pouvoir à Gaza doit décider s'il veut "se battre contre Israël et être écrasé ou bien accepter le dialogue et nous dialoguerons", a ajouté Yoav Galant, ancien général et député du parti de centre-droit Koulanou, lors d'un colloque organisé à Jérusalem par le quotidien anglophone Jerusalem Post.

Le ministre de la Sécurité intérieure, Gilad Erdan, a déclaré au cours du même événement qu'il était temps qu'Israël "passe de la défensive à l'offensive" contre le Hamas à Gaza en "reprenant les assassinats ciblés de chefs terroristes de la branche armée" du mouvement.

Israël doit être "disposé à reprendre le contrôle de la bande de Gaza jusqu'au démantèlement des infrastructures terroristes. Nous n'avons jamais été aussi proches de le faire", a-t-il ajouté.

Incertitude

Un cessez-le-feu la semaine dernière conclu indirectement par Israël avec le Hamas et ses alliés dans la bande de Gaza a mis fin à la pire escalade dans l'enclave palestinienne depuis la guerre de 2014. Il a également poussé Avigdor Lieberman, partisan de la manière forte contre le Hamas, à démissionner de son poste de ministre de la Défense, et plongé la coalition gouvernementale dans une crise.

Le retrait du parti de Avigdor Lieberman --Israel Beiteinou-- de la coalition gouvernementale a provoqué l'incertitude sur l'avenir du gouvernement de Benyamin Netanyahou qui ne dispose plus que d'une majorité d'une voix sur 120 au Parlement (Knesset).

Avant d'être ministre, Avigdor Lieberman s'était engagé à tuer le dirigeant du Hamas Ismaïl Haniyeh s'il ne rendait pas à Israël deux civils israéliens présumés otages du Hamas à Gaza ainsi que les dépouilles de deux soldats tués lors de la guerre en 2014.

Ismaïl Haniyeh n'a pas été tué.

B.L. avec AFP