BFMTV
Ukraine

"Les discussions doivent se finir par des décisions": Zelensky veut une livraison de chars occidentaux

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors de son allocution quotidienne, le 20 janvier 2023

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky lors de son allocution quotidienne, le 20 janvier 2023 - BFMTV

Pour l'Ukraine, le soutien militaire et financier des alliés occidentaux est crucial face à la Russie. Elle dit avoir besoin de centaines de chars modernes et d'autres armements pour une nouvelle offensive.

"Les discussions doivent se finir par des décisions", a exhorté mardi soir le président ukrainien Volodymyr Zelensky au sujet de possibles livraisons de chars lourds occidentaux à l'Ukraine, au moment où Berlin et Washington pourraient sauter le pas ce mercredi selon plusieurs médias.

"Les alliés ont le nombre requis de tanks" nécessaires à l'armée ukrainienne pour renverser les troupes de Moscou, a-t-il déclaré dans son allocution quotidienne publiée sur les réseaux sociaux, martelant que "les besoins sont plus importants" que "cinq, dix ou quinze chars".

Quatre vice-ministres, dont celui de la Défense Viatcheslav Chapovalov, ainsi que cinq gouverneurs et d'autres responsables ont dû quitter leur poste dans la foulée de cette affaire.

"Les Allemands tardent, tergiversent"

À Berlin, le ministre allemand de la Défense Boris Pistorius a déclaré avoir "expressément encouragé les pays partenaires qui ont des chars Leopard prêts à être déployés à entraîner les forces ukrainiennes sur ces chars", au cours d'une conférence de presse à Berlin avec Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l'Otan.

Ces déclarations constituent une avancée dans la position de l'Allemagne, où le gouvernement d'Olaf Scholz subit une pression croissante pour qu'il autorise les pays partenaires qui le souhaitent à livrer à l'Ukraine ces chars d'assaut de fabrication allemande.

Jusqu'ici, la Finlande et la Pologne se sont dites prêtes à le faire. Varsovie, qui veut créer une "coalition de pays soutenant l'Ukraine avec des chars Leopard 2", a officiellement envoyé une requête en ce sens, dont la réception a été confirmée mardi par Berlin.

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a dit espérer une réponse rapide, regrettant que "les Allemands tardent, tergiversent, agissent d'une manière difficile à comprendre".

A.G avec AFP